Accueil / Viticulture / Tailler en deux temps en jouant sur les entre-cœurs pour sauver la vigne du gel

Essais en cours
Tailler en deux temps en jouant sur les entre-cœurs pour sauver la vigne du gel

Un château de Saône-et-Loire et son consultant viticole semblent avoir trouver une technique de taille prometteuse pour protéger la vigne des gelées. Ils veulent désormais vérifier son effet sur le volume de vendange.
Par Marion Bazireau Le 25 avril 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Tailler en deux temps en jouant sur les entre-cœurs pour sauver la vigne du gel
Au domaine Joblot, à Givry, Enrico Peyron a démarré un essai sur 144 pieds de vigne à l’hiver pour comparer trois modalités. - crédit photo : Enrico Peyron
Â

« Le gel de 2021 a encouragé de nombreux vignerons à se lancer dans la taille tardive » constate Enrico Peyron, consultant viticole officiant essentiellement sur la Bourgogne.

Au Domaine Joblot, à Givry, il a démarré un essai sur 144 pieds de vigne à l’hiver pour comparer trois modalités. « Nous les avons répétées 3 fois chacune sur une même parcelle de pinot ».

Les 48 premiers plants ont été taillé en décembre en une fois. Les techniciens ont alors éliminé tous les bois jugés inutiles pour ne conserver qu’un guyot simple, soit une baguette et un courson.

« La deuxième modalité a été travaillé en 2 fois. Nous avons démonté la vigne en hiver et laissé la future baguette, en conservant ses vrilles et entre-coeurs. Nous n’avons pas non plus nettoyé le courson, et finalisé la taille au printemps » détaille Enrico Peyron.

La troisième et dernière modalité avait pour but d’évaluer l’effet de l’acrotonie. Une baguette propre et nettoyée a été sélectionnée. « Nous y avons laissé 12 à 13 yeux jusqu’au printemps ».

Moins de 5% de perte de récolte

Le consultant a compté le nombre de bourgeons dans le coton ou au stade pointe verte lors des gelées de début avril. « La présence d’un entre-coeur semble être bien plus efficace pour inhiber le développement du bourgeon principal et éviter le risque de perte de récolte » conclut-il.

Sur la modalité taillée de manière classique en une fois l’hiver, il estime 40% de bourgeons gelés, contre moins de 5% sur la modalité non nettoyée. « Le fait de ne jouer que sur l’acrotonie donne des résultats intermédiaires ».

Selon Enrico Peyron, la technique a d’autant plus d’intérêt qu’elle donne le même résultat sur tous les types de vigne, en bon état ou pas, jeunes ou plus âgées, « alors que l’acrotonie est beaucoup plus aléatoire ».

Le consultant et les équipes du Domaine Joblot vont continuer à travailler sur le sujet pendant 2 millésimes. « Nous allons notamment bien estimer les temps de travaux supplémentaires et vérifier l’effet de la technique sur la vigueur et la fertilité de la vigne, en relevant le nombre de grappes par rameaux et en pesant les bois de taille ».

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé