Accueil / Commerce/Gestion / Coup de frein pour la bio des champagnes Vranken

Conversion stoppée
Coup de frein pour la bio des champagnes Vranken

En 2021, le groupe Vranken-Pommery a renoncé à convertir en bio ses 175 ha champenois, mais poursuit sa démarche bio dans les 2 000 ha que compte le groupe dans le Sud et au Portugal. Le point avec Clément Pierlot, chef de caves de la maison de Reims.
Par Aude Lutun Le 23 mars 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Coup de frein pour la bio des champagnes Vranken
Clément Pierlot, chef de caves de la maison de Reims. - crédit photo : Michel Jolyot
V
ous aviez annoncé la conversion de 175 ha en bio en fin 2020. L’année 2021 et ses attaques de mildiou ont eu raison de cet engagement ?

Clément Pierlot : Nous avions en effet décidé, en 2020, d’un plan d’engagement sur cinq ans en conversion biologique, avec une mise en pratique sur 125 ha dès 2021. La pluviométrie de l’année 2021 a modifié notre approche. La viticulture bio, en Champagne, ne nous est plus parue durable avec le recours à beaucoup de cuivre et beaucoup de passages, avec au final beaucoup de pertes. Nous avons donc décidé en juin 2021 d’arrêter la conversion du vignoble, sauf pour 15 ha dans l’Aube. Notre objectif était de sauver le feuillage. Mais nous avons continué à pratiquer le zéro herbicide sur l’ensemble de notre vignoble.

 

Quel a été votre rendement en 2021 ?

Nous sommes en moyenne à un peu moins de 5 000 kg/ha sur les 175 ha. Selon les secteurs, certaines vignes ont atteint le rendement autorisé, d’autres ont eu une récolte très faible. Sur les 15 ha de bio dans l’Aube, la récolte est inférieure à 3000 kg/ha.

  Avez-vous prévu de repartir vers le bio ?

Nous sommes convaincus de l’intérêt de la démarche bio. Nous sommes d’ailleurs les premiers viticulteurs bio de France avec plus de 2 000 ha certifiés ou en conversion dans le Sud ou au Portugal. Dans un vignoble septentrional comme la Champagne, la culture biologique est plus compliquée. Nous n’allons pas augmenter nos surfaces en conversion pour l’instant. Nos équipes ont besoin de retrouver de la confiance après cette année 2021 très difficile à gérer dans les vignes. Toute la Champagne a besoin d’une année 2022 plus clémente sur le plan météorologique !  Nous allons poursuivre la conversion des 15 ha dans l’Aube. Et pour les autres parcelles, nous allons continuer le zéro herbicide et nous orienter le plus possible vers le biocontrôle.

 

Quelles mesures pourraient faire progresser le bio en Champagne ?

Il faudrait pouvoir faire passer une partie de son vignoble en bio, selon une zone géographique par exemple et non par couleur comme c’est le cas actuellement. Ce n’est pas la même chose d’être viticulteur bio dans un sol crayeux que dans un sol argileux ! Cette règle administrative du « tout ou rien » freine ceux qui ont de grandes surfaces.

 

 

Vous testez la technologie UV Boosting. Quels sont les résultats en 2021 ?

L’UV Boosting a une efficacité partielle, mais intéressante, en année normale. Tout ce qui a une efficacité partielle en temps normal a trouvé ses limites dans une année 2021 hors norme. Mais tant que nous n’avons pas de cépages résistants, il nous faut relancer la R&D. Nous avons lancé le programme VitiStim, sur trois ans, pour trouver des solutions qui stimulent les défenses naturelles de la vigne. Dans le Sud, nous allons développer le projet de recherche Natudose, avec une pulvérisation assistée par l’intelligence artificielle pour gagner en précision.

 

 

Vous avez lancé le programme Vert Cot’Eau pour accompagner les vignerons vers de meilleures pratiques. L’année 2021 va-t-elle freiner la dynamique ?

Non, notre objectif est toujours d’accompagner les vignerons avec lesquels nous travaillons vers la certification viticulture Durable en Champagne, puis vers le zéro herbicide et enfin vers des pratiques biologiques au sens large avec l’usage de biocontrôles. Lors des réunions qui se sont tenues juste après les vendanges, l’émotion étant encore très présente. C’est moins le cas maintenant…

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé