Accueil / Viticulture / Ces biostimulants améliorent l’activité biologique et le rendement de la vigne

Mises en réserve
Ces biostimulants améliorent l’activité biologique et le rendement de la vigne

Des analyses de sarments issus de vigne fertilisée en début et fin de saison avec les produits de la gamme Vitalter démontrent une amélioration des réserves carbonées et azotées, avec un impact positif sur le comportement de la vigne lors du millésime suivant.
Par Marion Bazireau Le 25 janvier 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Ces biostimulants améliorent l’activité biologique et le rendement de la vigne
CR Distribution décompte plus de grappes par pied de vigne quand la plante a été fertilisée. - crédit photo : Pxhere
C

hef de marché Vitalter de CR Distribution, Alexis Goutelle est intervenu avec Alain Kleiber, ingénieur conseil au laboratoire Auréa AgroSciences lors des rencontres de la fertilisation raisonnée et de l'analyse du Comifer (Comité Français d'Étude et de Développement de la Fertilisation Raisonnée). 

Le binôme a expliqué à son auditoire comment le niveau de réserves carbonées (sucres et amidon) et azotées sur une année donnée influence le comportement de la vigne et la quantité de sa vendange lors du millésime suivant.

« Depuis plusieurs années, les viticulteurs nous expliquaient avoir l’impression de voir le feuillage plus vert là où ils avaient appliqué nos engrais biostimulants Sticop, Obakim ou Newcop » relate Alexis Goutelle. Des analyses réalisées par Auréa ont bien révélé une augmentation du poids des sarments, de leurs réserves carbonées et autres éléments minéraux.

73 parcelles d’essais

Pour aller plus loin, depuis 2016, le chef de marché Vitalter s’est constitué un panel de 73 parcelles dans le Val de Loire, en Charentes, dans le Sud-Ouest, et dans le vignoble du Beaujolais. « Nous y réalisons différents essais et y prélevons des sarments tous les ans à la même période ».

Chaque millésime apporte son lot de surprises. « En plus de l’effet cépage et porte-greffe, le mode de conduite, le rendement, le type de sol, la pression mildiou ou des incidents climatiques comme le gel font varier la composition en éléments du sarment de 12 à 44 %. Dans certains domaines, on remarque aussi les teneurs en amidon, en fer, ou en magnésium sont toujours inférieures aux normes du laboratoire » illustre Alexis Goutelle.

Le chef de marché a remarqué qu’en plus de la fertilisation automnale classique, un apport en début de saison en accompagnement à la mise en place de l’activité biologique a souvent un effet positif les réserves en amidon et en éléments carbonés.

Plus de rameaux et de grappes

Après double fertilisation en 2020 sur plusieurs répétitions de 10 ceps de merlot évalués dans le respect des bonnes pratiques d’expérimentation (BPE), CR distribution a compté en 2021, après l'épisode de gel, une moyenne de 194 rameaux pour 10 ceps aspergés du biostimulant, pour une longueur totale de 92 m, contre 130 rameaux et 45 m pour 10 ceps témoins.

Les biostimulants amélioreraient donc la résistance de la vigne aux stress abiotiques. « En 2019, nous avions mis en place un autre essai sur 13 parcelles coupées en 2 avec un témoin non traité et une modalité fertilisée, reprend Alexis Goutelle. Là où nous avions augmenté les réserves en amidon de 10 %, nous avions également compté davantage de grappes ».

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé