Accueil / Commerce/Gestion / "Le secteur du vin devrait suivre de près le développement de la blockchain"

Nouvelles technologies
"Le secteur du vin devrait suivre de près le développement de la blockchain"

Lors d'un symposium international sur les innovations numériques pouvant se développer dans la filière vin, la technologie de stockage d'information s'est particulièrement distinguée pour ouvrir de nouvelles possibilités de traçabilité et de transparence de la vigne au verre.
Par Alexandre Abellan Le 25 novembre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
« C’est un premier évènement et une première étape, mais pas la dernière » souligne Pau Roca, croyant dans le potentiel de la blockchain pour la filière vin. - crédit photo : OIV
l

« Aujourd’hui nous avons les outils numériques et la science des données qui tirent l’évolution innovatrice de notre société dans notre vie et notre économie » pose Pau Roca, le délégué général de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV) ce 24 novembre, lors d’un symposium sur la transformation numérique de la filière. « Il est important de garder à l’esprit que ces nouvelles technologies nous offrent des opportunités incroyables en termes d’outils analytiques et de prédictions et cela va accélérer toutes les procédures » souligne le diplomate espagnol.

« Même si on voit que le secteur de la vigne et du vin est plus plutôt conservateur, il est clair que nous vivons dans un monde qui est de plus en plus poussé par les données. Le monde du vin et de la vigne ne fait pas exception » renchérit Giorgio Delgrosso, le responsable de transformation numérique de l’OIV, qui s’appuie sur le premier rapport de l’organisation intergouvernementale s’intéressant tendances numériques appliquées au secteur de la vigne et du vin*. Parmi les tendances actuelles (voir encadré), « une des technologies qui sera probablement à plus fort potentiel pour le secteur du vin c’est le blockchain » estime Giorgio Delgrosso.

Dépoussiérer les registres

Actuellement utilisée dans les cryptomonnaies (notamment le bitcoin), cette technologie de stockage d’informations pourrait permettre la traçabilité des vins partagée par tous les maillons de la filière, de la vigne aux marchés. « Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles le secteur du vin devrait suivre de près le développement de la technologie blockchain [qui] offre des éléments intéressants de confiance distribuée (une seule source de vérité, l’immutabilité et la possibilité de mettre en place des contrats intelligents) » analyse Giorgio Delgrosso, pour qui le champ d’application serait crucial sur « un marché qui a un taux de fraudes et de contrefaçons assez élevé » face à un « secteur très fragmenté avec beaucoup de PME aux registres souvent complexes et démodés ».

Avec la volonté de « créer un changement de paradigme grâce à la proposition d’innovations numériques au service du secteur du vin et de la vigne », Pau Roca martèle qu’« étant donné son énorme capacité de traçabilité et de transparence concernant l’origine et la transformation du vin, le système de technologie de registres distribués peut être perçu comme une révolution réelle. En théorie, une empreinte numérique pourrait être initiée à partir du vignoble et permettre aux consommateurs de chercher toutes les informations disponibles liées à l’identité du produit, sa transformation, du raisin au verre. »

 

* : Cette étude a été réalisée en partenariat avec Mindsight avec une enquête de 8 questions réalisées en juillet 2021 auprès de 18 états membres de l’OIV, puis des entretiens avec 21 experts.

Les 8 autres technologies d’avenir

Dans son rapport, Giorgio Delgrosso note huit autres tendances numériques porteuses : l’Intelligence artificielle (développement d’algorithmes permettant aux machines d’accomplir des tâches nécessitant l’intelligence humaine pour la gestion de cultures, le contrôle de la fabrication de vins, la réduction de la subjectivité des critiques de vin), l’internet des objets (un réseau d’objets physiques qui incorporent des capteurs et hautes technologies afin d’être connectés et échanger des données via internet : applicabilité au suivi des conditions météo à la vigne, au suivi des températures de vinification…), le système d’information géographique (utilisation de l’imagerie satellite pour nourrir l’intelligence artificielle et l’internet des objets), la robotique (un des obstacles principaux à son adoption dans le vignoble, ce sont les coûts élevés et l’inefficacité énergétique, qui seraient améliorés dans les prochaines années pour rendre la technologie plus viable), le LIDAR (mesure des distances par laser, permettant la télédétection pour des cartographies précises de vignoble en 3D pour la viticulture de précision quand des robots sont impliqués), l’étiquette électronique (utilisant les bénéfices de la dématérialisation pour répondre aux demandes de transparence du consommateur), le e-certificat (facilitant les procédures commerciales à l’international) et le stockage intelligent (quand la robotique améliore la gestion des stocks et les opérations de logistique).

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.

VINICONNECT

© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé