Accueil / Viticulture / Cadillac cartographie ses terroirs pour se connaître et se faire reconnaître

Côtes de Bordeaux
Cadillac cartographie ses terroirs pour se connaître et se faire reconnaître

L'appellation bordelaise mène une étude de ses terroirs pour mieux valoriser ses spécificités auprès des producteurs, des distributeurs et des consommateurs, mais aussi des collectivités.
Par Alexandre Abellan Le 26 octobre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Cadillac cartographie ses terroirs pour se connaître et se faire reconnaître
LՎtude de terroir se focalise sur la production de vins rouges. - cr̩dit photo : JB Nadeau
C

omme annoncé, le début de l’étude de terroir de l’appellation Cadillac Côtes de Bordeaux est lancé cette fin octobre pour en cartographier les potentialités viticoles au 1/15 000ème pour la production de vins rouges. Mené avec Bordeaux Sciences Agro, ce travail doit devenir la colonne vertébrale de l’AOC pour se connaître, se mettre en avant auprès de ses acheteurs et mieux se protéger face aux pressions de l’urbanisme.

« On ne peut pas rester une AOC méconnue. Nous avons de beaux terroirs et paysages. Face à la crise qui touche depuis des années les vins de Bordeaux, il est temps de réagir et de se prendre en main pour retrouver notre identité » pose Chantal Larnaudie la présidente de l’appellation, qui indique souhaiter l’aval des 250 viticulteurs de l’AOC. Appelant à revenir aux fondamentaux de l’appellation Cadillac, sa présidente souhaite en faire « la pépite dynamique pour que jeunes viennent sur le vignoble. Ceux qui s’installent actuellement me boostent. »

De vrais terroirs de qualité

Pour accentuer la dynamique de rajeunissement, le défi est de taille. Sur 14 000 hectares exploitables, 7 000 ha sont actuellement plantés en vigne dont 1 000 ha en appellation Cadillac souligne Emma Baudry, la directrice de l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG). POur la technicienne, l’étude de terroir doit donner de nouvelles connaissances techniques (« l’étude va donner éléments aux viticulteurs pour valoriser leurs vignobles et de bien réussir leur transition agroécologique. Plus on connaît, moins on traite ») et de nouveaux arguments commerciaux (« l’étude de terroir va montrer de façon objective aux partenaires et cavistes qu’on a de vrais terroirs de qualité dans notre AOC »).

Devant être rendue en octobre 2022, l’étude doit aussi être un outil de protection du potentiel viticole face aux pressions urbanistiques. Les résultats seront ainsi communiqués aux communes pour les sensibiliser à la protection des zones les plus qualitatives. Cette cartographie des terroirs les plus intéressants pourrait amener à la création de Dénominations Géographiques Complémentaires. « On l’envisage, c’est à voir avec les viticulteurs. À partir des résultats on définira la marche à suivre pour valoriser l’étude » conclut Chantal Larnaudie, attachée à l’obtention d’un consensus.

 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé