Accueil / Gens du vin / Joël Boueilh prend la casquette Vignerons Coopérateurs de France et laisse le béret Plaimont

Le président
Joël Boueilh prend la casquette Vignerons Coopérateurs de France et laisse le béret Plaimont

Prenant la présidence des Vignerons Coopérateurs de France avant de quitter celle de Plaimont, le vigneron du Sud-Ouest annonce ses priorités avec les modalités d'assurance-récolte 2023 et la mise en place d'outils en cas de carence d'apport.
Par Alexandre Abellan Le 22 octobre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Joël Boueilh prend la casquette Vignerons Coopérateurs de France et laisse le béret Plaimont
Polyculteur, Joël Boueilh produit également des kiwis et des céréales. - crédit photo : Plaimont
R

éuni ce 21 octobre à Maurin (Hérault), le conseil d’administration des Vignerons Coopérateurs de France vient d’élire Joël Boueilh à sa présidence. Succédant au viticulteur languedocien Boris Calmette, comme annoncé lors du congrès de juillet dernier, Joël Boueilh annonce quitter ces prochains jours la présidence de l’union coopérative de Plaimont (400 viticulteurs et 5 000 hectares de vignes sur l’IGP Côtes-de-Gascogne et les AOP Madiran, Pacherenc-du-Vic-Bilh et Saint-Mont). « Il n’est pas possible de mener les deux présidences de front, et, déontologiquement, il est difficile d’avoir sur sa tête le béret de Plaimont » explique le viticulteur de Saint-Mont (16 hectares de vignes). Qui rassure la Gascogne : il conservera toujours un béret à proximité.

Avant d’annoncer les priorités de son mandat début 2022, le président des Vignerons Coopérateurs de France indique être « vigilant dans l’accompagnement des structures en difficulté » après la vendange historiquement faible en 2021. « Pour faire la réussite d’un bilan et d’un compte de résultat, il faut un volume et un prix. Même si les prix ont tendance à monter, je ne pense pas que cela compense les petits rendements » note Joël Boueilh, qui met l’accent sur la mise en place d’outils assurantiels forts dès 2022.

Carence d’apport

« Le gouvernement prépare une nouvelle assurance récolte pour 2023, mais quid de 2022 ? Les annonces des assureurs ne font pas plaisir à tout le monde actuellement » explique le président des caves coopératives. Au-delà des enjeux de prix et de couverture pour l’assurance multirisque climatique, le viticulteur soutient le projet d’une aide aux contrats de compensation des frais fixes de vinification en cas de pertes de récolte : une assurance de carence d’apport. Le groupe Plaimont ayant souscrit une telle offre pour ses caves adhérentes, Joël Boueilh en connaît l’intérêt. Un groupe de travail vient d’ailleurs d’être annoncé par Jérôme Despey, le président du conseil vin de FranceAgriMer.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé