Accueil / Viticulture / Les vins de Provence vont mesurer leur impact carbone

EnViProv
Les vins de Provence vont mesurer leur impact carbone

Premier projet viticole à s'inscrire dans le cadre du plan de relance des pouvoirs publics, EnViProv va permettre à la filière des vins de Provence de mesurer son empreinte carbone. Une quarantaine d'entreprises seront prochainement sélectionnées pour analyser le cycle de vie de leur activité.
Par Chantal Sarrazin Le 22 octobre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les vins de Provence vont mesurer leur impact carbone
« Nous allons analyser le cycle de vie de notre activité, depuis le travail à vigne jusqu’au vignoble, poursuit Éric Pastorino. - crédit photo : CIVP
E

nViProv, c’est le nom du projet donné par la filière des vins de Provence à l’analyse de son empreinte carbone. « Il s’agit du premier dossier relevant de la filière viticole à bénéficier du soutien du plan de relance lancé par les pouvoirs publics pour sortir notre économie de la crise du Covid autour d’actions s’inscrivant en faveur de la transition écologique », se félicite Éric Pastorino, président du Conseil interprofessionnel des vins de Provence (CIVP), qui a tenu une conférence de presse sur le sujet le 18 octobre dernier dans le Var. D’un montant de 700 000 euros, EnviProv va ainsi être financé à hauteur de 50 % par les pouvoirs publics.

Cette somme élevée s’explique par l’ampleur des actions qui vont être conduite sur le terrain. « Nous allons analyser le cycle de vie de notre activité, depuis le travail à vigne jusqu’au vignoble, poursuit Éric Pastorino. Une quarantaine d’entreprises vont être sélectionnées pour réaliser ce bilan qui repose sur un modèle développé par l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV). » Les entreprises provençales ont reçu un appel à candidature. « La sélection interviendra à la fin de l’année, précise Éric Pastorino. Elle devra être représentative de l’ensemble des familles du vignobles, les caves coopératives, particulières, les structures de négoce… » Concrètement, le chantier devrait débuter au cours du premier trimestre 2022.

HVE et pratiques viticoles

Ce plan comporte deux autres axes, l’accompagnement à la haute certification environnementale (HVE), déjà engagé à l’échelon collectif par le syndicat des Côtes-de-Provence, en 2019, et la mise en œuvre de pratiques vertueuses au vignoble. Dans ce cadre, le Centre du Rosé va enclencher des programmes de R&D et de démonstration d’équipements spécifiques. La Chambre d’Agriculture du Var va, pour sa part, conduire un observatoire des pratiques dans le vignoble et réaliser une étude sur les impacts technico-économiques de la mise en place de ces pratiques « vertes ». Le Cluster Provence Rosé, également associé au projet, va piloter un programme d’études pour analyser et améliorer la biomasse dans les sols. Sur ce dernier axe, l’objectif est ambitieux : accompagner 500 entreprises de façon individuelle en deux ans. « C’est la raison pour laquelle nous portons ce plan de manière collective, avec la Chambre d’Agriculture, le syndicat des Côtes-de-Provence, le cluster Provence Rosé et le Centre du Rosé », déclare Éric Pastorino.

 

 

 

800 000 euros d’aides européennes pour la promotion

Il y a six mois, le conseil interprofessionnel a postulé à un appel d’offre de l’union européenne sur la promotion des produits agricoles. « Pour remplir les critères, nous devions nous associer à un autre produit d’AOP, indique Éric Pastorino. Nous avons choisi de mener ce dossier avec le vignoble italien du Valténési. Il produit aussi des rosés et affiche l’ambition de monter en gamme. » Un choix judicieux puisque le dossier porté par les deux appellations à obtenir un accord de principe des instances européennes, il y a 15 jours. « Nous devons désormais compléter nos dossiers respectifs », rapporte le président du CIVP. S’ils sont validés, les deux vignobles pourront financer des opérations de communication et de promotion en direction des pays du Nord de l’Europe pour un montant de 800 000 euros.

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé