Accueil / Gens du vin / Avec Étienne Davodeau, le vin passe par la bande-dessinée (et vice-versa)

Portrait vin
Avec Étienne Davodeau, le vin passe par la bande-dessinée (et vice-versa)

Dix ans après son album "Les Ignorants", l'auteur de BD revient sur une expérience qui continue de marquer l'imaginaire de milliers de lecteurs. S'il dissipe les espoirs de suite, il creuse le sillon du reportage ancré dans la terre avec un nouvel album, "Le Droit du sol".
Par Alexandre Abellan Le 16 octobre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Avec Étienne Davodeau, le vin passe par la bande-dessinée (et vice-versa)
- crédit photo : F.Roy
D

epuis sa parution en octobre 2011, l’album de BD Les Ignorants d’Étienne Davodeau reste un phénomène d’édition. Avec 300 000 exemplaires vendus au moment où sort en librairie une édition anniversaire (aux éditions Futuropolis). « Quand le livre est sorti, il a tout de suite très bien marché. Et il marche toujours très bien. Il n’a jamais quitté les librairies, alors que des milliers de livres sont arrivés depuis » note Étienne Davodeau. L’auteur angevin se souvient du pari fou à l’origine de son livre : avoir « tenté une expérience d’écriture improvisée avec l’idée de croiser » les ignorances respectives d’un auteur de BD sur le travail vigneron et d’un producteur de vin, Richard Leroy, sur le neuvième art.

Avec le recul, pourquoi cet album a-t-il marché ? « C’est un mystère, et un beau mystère » glisse Étienne Davodeau, qui reçoit toujours des messages de lecteurs achetant et recevant l’album. « Les Ignorants ont beaucoup été offerts » souligne cet auteur, qui note que si son livre a été l’occasion pour certains amateurs de BD de découvrir la réalité du travail vigneron, l’album aura aussi été l’occasion pour certains amateurs de vin de dépasser leurs préjugés sur la BD et d’en ouvrir une sur leur thème favori. « Beaucoup de gens m’ont dit avoir lu mon livre malgré le fait que ce soit une BD parce que cela parlait du vin » précise Étienne Davodeau.

La biodynamie est quelque chose que je ne comprends pas

Parmi les lecteurs de l’album, nombre d’entre eux y ont découvert les concepts et l’existence de la biodynamie (comme l’actuel ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie). « Il y a douze ans, Richard [Leroy] a accepté mon idée étrange pour donner à voir sa façon de travailler » rapporte Étienne Davodeau, soulignant que « la biodynamie est quelque chose que je ne comprends pas, comme je suis un garçon rationnel. Mais je suis aussi un garçon prudent : ces vignerons ont les pieds dans la terre et sont tout sauf éthérés. Je prends très au sérieux ce qu’ils me disent, même si je ne suis pas configuré pour le comprendre. »

Ayant gardé de son expérience dans le vignoble une approche plus fine du vin, Étienne Davodeau continue d’apprendre : « je reste un ignorant ! » Et il est sûr de ne jamais se lancer dans l’aventure d’un vignoble : « en approchant des vignerons, je me suis rendu compte du volume de travail que cela représente. J’ai mesuré le degré de compétence qu’il faut. Ma fonction ici-bas, ce dont je ne me lasse pas, c’est de faire de la BD. »

Pas de suite (directe)

Dans son œuvre, l’auteur a une autre certitude : « je ne reviendrai sans doute jamais sur les vins. Je reçois des demandes, mais je ne vois pas comment je n’abimerai pas les Ignorants en cherchant à les prolonger. » Signature reconnue de documentaires en BD (de l’autobiographique Les Mauvaises gens à Cher pays de notre enfance avec Benoît Collombat), Étienne Davodeau s’est essayé pour la première fois à une reportage non-fiction il y a vingt ans, avec Rural ! Dix ans plus tard il publiait les Ignorants et ce mois d’octobre sort en librairie le Droit du sol qui suit son parcours de 800 km à pied entre la grotte préhistorique de Pech Merle et le projet d’enfouissement nucléaire de Bure. « J’ai fixé un rendez-vous décennal sans m’en rendre compte ! Le sol est une thématique récurrente chez moi, le Droit du sol est un livre assez voisin des Ignorants » conclut Étienne Davodeau.

 

 

L’édition anniversaire de l’album propose notamment des photos et une conversation entre l’auteur Étienne Davodeau, le vigneron Richard Leroy et l’éditeur Patrice Margotin.

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé