Accueil / Viticulture / Des vignerons perdent une grosse partie de leur vendange dans les incendies
Des vignerons perdent une grosse partie de leur vendange dans les incendies
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Var
Des vignerons perdent une grosse partie de leur vendange dans les incendies

Les vignes ont servi de pare-feu dans plusieurs domaines varois. Plusieurs ont été aspergées par du produit retardant et ne pourront pas être vendangées. Un vigneron a même vu son chai s’écrouler.
Par Marion Bazireau Le 19 août 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Des vignerons perdent une grosse partie de leur vendange dans les incendies
Plusieurs de grands îlots de vignes ont bien joué leur rôle de pare-feu. - crédit photo : Gabrielle de Vals depuis la page Facebook de Météo Cote d'Azur.
«

Les experts de l’assurance doivent passer lundi mais je sais déjà que l’incendie nous a fait perdre 5 à 10% de la récolte que nous aurions dû avoir sur nos 140 hectares du Massif des Maures » indique Benoît Ab-der-Halden, directeur des vignobles Chevron Villet, répartis sur 540 hectares en Provence.

« Et nous avons dû réévacuer à 13h ce mercredi car le feu regagnait du terrain ». Plusieurs de ses grands îlots ont bien joué leur rôle de pare-feu. Les 5 à 6 premiers rangs sont brûlés, et d’autres ont été aspergés par du produit retardant.

« Nous allons vinifier le reste de manière séparée comme nous l’avions fait suite aux incendies de 2016, en utilisant de la bentonite et du charbon pour éviter les goûts de fumée, en espérant ne pas dépouiller le vin de ses arômes d’intérêt » reprend Benoît Ab-der-Halden.

Les Vignobles Chevron Villet ne sont pas les seules victimes de l’incendie. « Je sais qu’il a fait des dégâts au Château Réal d’Or, à Gonfaron, au Château de Berne à Flayosc, au Château des Bertrands, au Cannet-des-Maures, ou au Domaine des Nibas, à Vidauban ».

Un chai et des bâtiments viticoles détruits

Au Domaine de la Giscle, à Cogolin, le vigneron Pierre Audemar a même vu son chai et son hangar emportés par les flammes. Pour Benoît Ab-der-Halden, la faute revient au mode de gestion de la Réserve Naturelle.

« Tout le Massif a été complètement sanctuarisé » explique-t-il. Aucun entretien des fossés ou des friches n’est permis pour préserver la tortue d’Hermann. « Des gens ont même été verbalisés car il débroussaillait autour de chez eux avant l’arrivée du feu. Résultat, leur maison a brûlé » s’agace-t-il, annonçant que Nicolas Garcia, le directeur du Syndicat des Vins de Provence s’apprête à demander un assouplissement du règlement au Préfet. « Nous voulons a minima pouvoir planter des vignes dans les friches pour stopper la propagation des cendres ».

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé