LE FIL

Intempéries

La grêle frappe le vignoble du Minervois à deux reprises

Mercredi 16 juin 2021 par Marion Bazireau

C’est en entrant dans ses vignes détrempées que Mathieu Cathala a constaté les dégâts de la grêle.
C’est en entrant dans ses vignes détrempées que Mathieu Cathala a constaté les dégâts de la grêle. - crédit photo : Mathieu Cathala
A 16h30 puis à 20h ce vendredi 11 juin, une tempête de pluie, de vent, et de grêle a touché plusieurs communes du Minervois. A première vue, la récolte est impactée d’environ 10 %.

« En quelques minutes vers 16h30 ce vendredi, les vignes de Sainte-Valière, Ginestas, Mirepeisset et Bize-Minervois ont été secouées par un vent violent, et 30 mm de pluie accompagnés de gros grêlons » relate Nicolas Sourd, conseiller viticole pour la Chambre d’agriculture de l’Aude.

Le viticulteur Mathieu Cathala est allé faire le tour de ses 8 hectares dès que la tempête a cessé.

Des baies creusées jusqu’au pépin

Du bout de ses rangs de viognier, de syrah, et de carignan détrempés, il n’a d’abord pas constaté de gros dégâts. « Il n’y avait ni feuilles ni grappes à terre » se souvient-il.

C’est quand il a fait le tour de ses vignes, qu’il a aperçu les symptômes de la tempête. « J’ai vu des baies fendues et des baies creusées jusqu’au pépin. Les pédicelles et pédoncules sont peu touchés mais quelques feuilles sont trouées, et certains rameaux ont bruni. Le vent a concentré les dégâts sur la face Nord/Nord-Est de la végétation, celle tournée vers le Biterrois » explique-t-il.

La grêle est tombée très violemment une deuxième fois vers 20 heures, plus à l’Est, sur les communes de Sallèles-d’Aude et de Saint Marcel.

Nicolas Sourd estime la perte globale de récolte à 10 %, voyant surtout des dégâts sur chardonnay, « un des cépages qui était le plus avancé, notamment sur les parcelles épargnées par le gel début avril ».

"Pas encore de mildiou ou de botrytis"

Ce 16 juin au matin, Mathieu Cathala a refait un tour de vignoble et confirme l’estimation du conseiller. Ses baies les plus touchées sont sèches et ratatinées. « Heureusement, la semaine a été chaude. La vigne a cicatrisé et je ne vois pas de traces de botrytis ou de mildiou » se rassure-t-il.

Nicolas Sourd craint cependant que les baies actuellement au stade petit pois soient fragilisées et plus sensibles aux maladies. « Et ces épisodes vont affaiblir un peu plus les souches, déjà victimes du gel puis de la sécheresse » conclut-il.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé