Accueil / Commerce/Gestion / +10 % de vins sud-africains en 2021

Rendements au rendez-vous
+10 % de vins sud-africains en 2021

Grâce à une saison plutôt fraîche et des vendanges prolongées, les professionnels sud-africains se félicitent d'une belle récolte, en qualité, mais aussi en quantité. Si des stocks pourraient peser sur les mises en marché, la demande est forte pour le sauvignon blanc.
Par Sharon Nagel Le 02 juin 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
+10 % de vins sud-africains en 2021
Tout en posant des problèmes de vinification et de stockage, l’augmentation de la production sud-africaine pourrait lui permettre de combler des pénuries ailleurs dans le monde - crédit photo : Hoopenburg WOSA
U

Un casse-tête logistique

« Les vendanges étaient tardives et lentes, mais l’attente en valait bien la peine. Les amateurs de vin vont pouvoir se délecter de vins remarquables issus du millésime 2021 », se réjouit Conrad Schutte, responsable des conseils techniques au sein de l’organisme professionnel Vinpro. Une météorologie plutôt fraîche tout au long de la saison a retardé les vendanges d’environ deux semaines. Se poursuivant pendant la récolte, elle a également permis aux producteurs de choisir la fenêtre de tir optimale, entraînant une qualité jugée exceptionnelle dans tout le pays. Grâce à des précipitations hivernales de bon niveau, les vignerons ont eu accès à des ressources hydriques suffisantes pour répondre à leurs besoins en matière d’irrigation.

Résultat : les rendements sont au rendez-vous, avec une production globale estimée désormais par l’organisme de statistiques SAWIS à 1,46 million de tonnes de raisins, soit 8,9% de plus qu’en 2020. Avec un taux moyen de récupération de 778 litres par tonne de raisins, la récolte devrait s’élever à 11,36 millions d’hectolitres, soit un million de plus que l’année dernière (+9,6 %). Une abondance qui n’a pas manqué de poser des problèmes de stockage. « Avec autant de stocks encore dans les cuves au début des vendanges, les domaines et les caves se sont inquiétés de leurs capacités de vinification et de stockage au moment de rentrer la nouvelle récolte. Beaucoup d’entre eux ont loué des espaces de stockage supplémentaire ou bien ont restauré d’anciennes cuves », explique Rico Basson, directeur général de Vinpro. « Cependant, la réouverture du commerce conjuguée à un début de vendanges plus tardif ont permis de limiter la pression dans une certaine mesure ».

 

Forte demande sur certains cépages

Certaines exploitations ont également conclu des accords avec des producteurs de jus de raisin, ce qui a contribué à réduire le niveau des stocks. Cela, sachant que fin 2020, Vinpro estimait à 650 millions de litres le volume de vin en stock, dont une grande partie non encore contractualisée. « L’augmentation de la récolte de raisins de cuve nécessitera une planification minutieuse de la part des vignerons et des caves pour commercialiser les stocks existants de manière responsable et viable. Toujours est-il que cette situation va créer des opportunités pour innover et pour développer des marchés existants et nouveaux », conclut Rico Basson.

Son avis est partagé, du moins pour certaines typologies de vins, par le courtier international Ciatti. Celui-ci de noter en effet que « la demande de sauvignon blanc qualitatif en vrac en provenance d’Afrique du Sud est très forte cette année ». Il faut dire qu’une production néo-zélandaise en baisse globalement de 30 % en 2021 ouvre de jolies portes pour les producteurs sud-africains, sachant que le sauvignon est le quatrième cépage le plus planté dans le pays. Les vins de cépage sont d’autant plus attractifs que leur positionnement prix reste quasi stable, pour le moment, malgré la pression internationale, note Ciatti. Le courtier, qui qualifie l’offre sud-africaine de « parmi les plus compétitives du monde », n’exclut toutefois pas une tendance haussière si la demande devait rester aussi soutenue. Pour l’heure, elle ne montre aucun signe d’essoufflement : les exportations ont grimpé globalement de 17 % entre octobre 2020 et mars 2021, une fois les restrictions étatiques levées, et malgré les difficultés logistiques qui se poursuivent dans les zones portuaires du pays, et ailleurs.

 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé