LE FIL

L’évènementiel dans la tourmente

Vendredi 02 octobre 2020 par Marion Ivaldi

Depuis le début de la crise de la Covid-19, c’est l’hécatombe dans le secteur évènementiel. La liste des salons annulés, tant techniques que commerciaux, n’arrête pas de s’allonger. A tel point que le géant français Comexposium en est ébranlé. Si les restaurants parviennent à mobiliser l’opinion publique sur la fragilité, le secteur événementiel n’a pas la même vitrine médiatique. Ce qui n’enlève rien à la crise profonde qui le touche. Pourtant, les salons font face à des situations tout aussi incompréhensibles que la restauration. Les salons professionnels sont un point de rencontre où chaque participant est identifié par ses coordonnées ; de quoi faciliter le tracing des personnes qui fait cruellement défaut dans la gestion de l’épidémie. Les salons professionnels peuvent gérer la circulation et les flux de personnes (c’est leur métier), et bien sûr faire appliquer strictement les mesures de distanciation sociale (qui sont entrées dans les mœurs de nombreuses entreprises désormais). Avec des plans sanitaires stricts, on a du mal à comprendre pourquoi les salons seraient plus dangereux que  le TGV, l’avion ou encore un métro bondé. D’ailleurs, nos voisins germaniques y parviennent. Et pas n’importe qui : le Messe Düsseldorf vient d’accueillir 100 000 visiteurs lors du Caravan Salon. Il va sans dire que le géant allemand a construit un protocole sanitaire pour assurer la sécurité de tous. Une bonne nouvelle quant à la tenue de Prowein. Mais aussi, un questionnement pour Wine Paris qui ne cache pas ses ambitions de s’imposer sur l’échiquier des salons internationaux du vin. Si l’Etat français ne chemine pas dans ses postures sur les jauges et ne s’inspire pas de l’exemple allemand, c’est toute une stratégie qui s’effondre. Car pour les salons, la solution du report ne peut être qu’une réponse de court terme. Alors que chacun est convaincu qu’il va falloir apprendre à vivre avec la Covid-19, il est temps de définir de règles sanitaires pour que les salons français puissent continuer d’exister.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé