LE FIL

Accueil au caveau

Les bonnes pratiques pour déconfiner son activité œnotouristique

Vendredi 15 mai 2020 par Alexandre Abellan

« Avec près de 10 millions de visiteurs chaque année, les 66 départements viticoles français sont de grandes destinations touristiques et doivent le rester malgré le contexte actuel » souligne Vin et Société.
« Avec près de 10 millions de visiteurs chaque année, les 66 départements viticoles français sont de grandes destinations touristiques et doivent le rester malgré le contexte actuel » souligne Vin et Société. - crédit photo : Vin et Société
Alors que les mesures sanitaires de distanciation sociale se maintiennent, la relance de l’accueil touristique au vignoble se fait dans un cadre appelant à la prudence et à l’anticipation. Le point avec un guide de Vin et Société, sans portée réglementaire, mais très complet.

« Parce que la sécurité et la santé de nos clients, collaborateurs et partenaires sont une priorité absolue, nous, professionnels du vin, avons mis en place une série de mesures pour sécuriser leur venue et visite et leur permettre de profiter de nos vins en toute sérénité » pose le guide des bonnes pratiques à l’attention des acteurs de l’œnotourisme rédigé par Vin et Société le 5 mai dernier. Pointant de bonnes pratiques, et non des obligations réglementaires (disponible ici), ce document interne vient en complément du respect des gestes barrières pour aider la reprise des activités œnotouristiques.

Ne se substituant aux mesures imposées par la gestion de la crise sanitaires, ce plan n'écarte pas non plus les mesures prises par les entreprises. S’appuyant sur le Protocole national de déconfinement pour les entreprises pour assurer la santé et la sécurité des salariés, le guide de Vin et Société conseille de nettoyer « très régulièrement » les lieux d’accueil et de passage (du sol aux poignées de porte, en passant par les comptoirs et les chariots), ainsi que les outils de dégustations individuels (verres, crachoirs… ceux en partie fermés étant les plus adaptés), d’éviter d’utiliser des supports d’information feuilletés et reposés sur place (y compris les livres d’or) et de ne pas avoir d’équipements dédiés aux enfants (« la fermeture des espaces "enfants" sur les lieux oenotouristiques doit être envisagée »).

Comme pour les cavistes pendant le confinement, les contacts sont à limiter entre les consommateurs et les produits (y compris avec des cahiers de tarifs), ainsi qu’entre le vendeur et les consommateurs (des vitres ou films plastiques peuvent être mis en place aux caisses). Ainsi, la préparation de commandes passées à distance est à privilégier pour fluidifier le passage (idem pour les réservations de visites). En matière d’encaissement, le paiement sans contact est conseillé. S’il n’est pas utilisable, les terminaux bancaires doivent être désinfectés à chaque usage et les espèces doivent manipulées avec des gants ou entraîner un nettoyage des mains au gel hydroalcoolique.

"Visez juste !"

Pour que les clients respectent bien les gestes barrières, leur affichage et une signalétique dédiée sont à mettre en place. Il peut s’agir de préciser le nombre de clients pouvant être présent en même temps dans les locaux* (et marquer au sol les limites pour la file d’attente, à l’entrée ou à la caisse), ainsi que les flux de passage (entrée/sortie), mais aussi de règles d’usages : « seul le vigneron manipule les bouteilles et vous sert », « recrachez en vous tenant à distance du crachoir. Visez juste ! », « reposez votre verre dans l’espace indiqué par le vigneron »…

Masques

Pour les visites, Vin et Société conseille d’aménager son parcours ou le nombre de participants si la visite ne permet pas de respecter les distances de sécurité tout le long : « vous devez adapter votre parcours de visite, et notamment les lieux/moments où vous racontez la visite, vous pouvez par exemple prévoir ces moments en extérieur, au début ou à différents moments de la visite, afin d’éviter de le faire dans des espaces fermés restreints ». A noter que « le port d’un masque par le guide n’est pas obligatoire, dès lors que la distanciation physique (au moins 1 m de chaque côté) peut être respectée. Le guide doit donc particulièrement veiller à respecter les distances sanitaires avec les visiteurs. Si ces conditions ne sont pas réunies, le port d’un masque par le guide, voire par les visiteurs, est recommandé. » Concernant les dégustations, Vin et Société indique de « manipuler vous-même les bouteilles de vins que vous proposez à la dégustation. Si les clients souhaitent voir la bouteille, proposez-leur de la tenir pour qu’ils puissent en photographier l’étiquette », de « distribuer vous-mêmes les verres à vos clients (assurez-vous de vous être lavés les mains) en les posant sur le comptoir et ne les faites pas circuler d’un client à l’autre. » Sachant que le cadre sanitaire peut évoluer, Vin et Société souligne que ces indications peuvent évoluer.

 

 

* : Vin et Société précise que « ce critère est fondé sur l’estimation du nombre de mètres carrés par personne, nécessaire pour permettre à des personnes présentes simultanément dans le même espace (salariés, clients, etc.) d’évoluer dans le respect des règles de distanciation physique. Il a été fixé à 4 m² minimum par personne, ce qui doit permettre de garantir une distance minimale de 1 mètre autour d’une personne (dans toutes les directions). Elle peut être portée au-delà de 4m², dans des configurations "dynamiques", par exemple un magasin, où les flux de circulation sont plus difficiles à maitriser et des phénomènes de concentration difficiles à éviter. La surface de l’établissement à prendre compte par l’employeur ou l’exploitant est la surface résiduelle de l’espace considéré, c’est-à-dire la surface effectivement disponible pour les occupants, déduction faite des parties occupées. Pour un magasin, il convient de retrancher à la surface totale celle qui est occupée par les rayonnages et les réserves (entre autres) pour déterminer in fine la surface résiduelle pour l’accueil des clients. Par exemple, si le rayonnage de présentation des vins et produits en vente ainsi que les réserves représentent un encombrement de 40 % du lieu, il reste 60 % de surface résiduelle disponible pour les clients et le personnel. Pour 60m² de surface disponible, la jauge maximale de 4m² par personne permet d’accueillir dans le magasin 60/4= 15 personnes. »

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé