LE FIL

Crise du coronavirus

Hervé Novelli demande l’exonération des charges pour les labélisés Vignobles et Découvertes

Jeudi 30 avril 2020 par Alexandre Abellan

« La question de l’œnotourisme reste relativement discrète parce qu’aujourd’hui les viticulteurs ont d’abord l’objectif de survivre, de faire vivre leur production, de la vendre » souligne Hervé Novelli.
« La question de l’œnotourisme reste relativement discrète parce qu’aujourd’hui les viticulteurs ont d’abord l’objectif de survivre, de faire vivre leur production, de la vendre » souligne Hervé Novelli. - crédit photo : Office du Tourisme d'Ardèche-Hermitage
Le président du Conseil Supérieur de l’Œnotourisme souhaite que les domaines reconnus par l’Etat pour leur offre de tourisme vigneron puissent bénéficier des mêmes aides que les autres professionnels du tourisme.

En cette période de confinement pour cause de coronavirus, « les vignerons les plus engagés dans l’œnotourisme sont dans une situation délicate. Ils cumulent les difficultés des viticulteurs et celles des entreprises accueillant des touristes » résume Hervé Novelli, le président du Conseil Supérieur de l’Œnotourisme (CSŒ). Si l’on parle avant tout des besoins de distillation de crise pour résorber la surproduction de vin dans la filière, l’ancien ministre du tourisme œuvre pour soutenir la filière œnotouristique.

« Mes demandes sont simples et légitimes » pose Hervé Novelli, qui martèle que « l’œnotourisme est une filière touristique à part entière. Elle doit bénéficier des mesures du plan spécifique d’accompagnement du tourisme et ne pas être mise à l’écart de cet accompagnement. » Transmettant ses demandes au secrétaire d’Etat auprès de Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’état au ministre des affaires étrangères, Hervé Novelli demande que « les viticulteurs ayant le label Vignobles et Découvertes soient éligibles au dispositif d’aides d’urgence. [Notamment] la perpétuation du chômage partiel après le déconfinement et l’exonération totale des charges sociales au lieu d’un étalement. »

"Signe d’engagement"

Assumant que sa proposition puisse déplaire aux opérateurs œnotouristiques ne souscrivant pas au label Vignobles et Découvertes, le président du CSŒ explique que cette approche « peut apparaître discriminante, mais c’est un signe d’engagement dans la structuration de la filière. Cela donne une rationalité à un critère d’accessibilité. C’est un label d’Etat, on ne peut pas reconnaître les démarche œnotouristiques et ne pas les soutenir comme opérateur du tourisme. »

Sur les 5 000 attributaires actuels du label Vignobles et Découvertes, plus de 1 000 seraient des domaines viticoles (les autres étant des hôtels, restaurants et opérateurs de tourisme et viticulteurs). Dévoilé ce 24 avril par l’Elysée à la filière des Cafés Hôtels et Restaurants (CHR) et du tourisme, le plan d’aide à la filière sera détaillé lors d’un comité interministériel ce 14 mai. Hervé Novelli espère d’autant plus être entendu dans ses demandes qu’il a des échos de propriétés perdant, par l’arrêt des visites et hébergements, jusqu’à 40 % de leurs chiffres d’affaires.

Saison Touristique

« Cette crise est nouvelle, ce sera difficile pour la saison 2020. Je préconise de prolonger la période touristique en septembre-octobre » conclut le président du CSŒ.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé