LE FIL

Œnotourisme

Hervé Novelli veut une hiérarchisation de l'offre en 2020

Mercredi 13 mars 2019 par Alexandre Abellan

« Sous certaines conditions, l’œnotourisme peut devenir une filière clé du tourisme dans les prochaines années » estime Hervé Novelli, ce 12 mars au Hangar 14 de Bordeaux.
« Sous certaines conditions, l’œnotourisme peut devenir une filière clé du tourisme dans les prochaines années » estime Hervé Novelli, ce 12 mars au Hangar 14 de Bordeaux. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Pour faciliter le développement du tourisme vigneron, le Conseil Supérieur de l’Œnotourisme veut encadrer au plus vite son offre. Pour la rendre plus lisible et professionnelle.

C’est une course contre la montre pour Hervé Novelli, le président du Conseil Supérieur de l’Œnotourisme (CSŒ). « Aucun vignoble dans le monde n’a hiérarchisé son offre touristique. La France doit être la première à le faire pour capter le leadership international » plaide l’ancien ministre du tourisme, ce 12 mars lors du salon Workshop Œnotourisme de Bordeaux. Affirmant la première proposition de ses Assises de l’Œnotourisme*, Hervé Novelli a saisi les pouvoirs publics saisis et espère leur feu vert dans les prochains mois. Sans plus attendre, il estime que la filière doit travailler sur le sujet dès 2019, estimant que « ce serait idéal que ce classement soit lancé fin 2020 ou début 2021 ».

Éviter les déconvenues

Ayant porté la réforme de la classification hôtelière française en 2008 (avec la création d’une cinquième étoile), Hervé Novelli souligne que la hiérarchisation de l’offre œnotouristique lui permettra de gagner en lisibilité. « Il faut faire en sorte que le client potentiel sache ce qu’il va trouver comme expérience touristique. Qu’il puisse différencier la palette que l’on trouve entre des offres prestigieuses et celles classiques. Il faut éviter un effet déceptif » prévient le président du CSŒ. Qui compte balayer les dernières réticences de la filière viticole à hiérarchiser, pouvant craindre que cette classification touristique ne se superpose à la pyramide des appellations.

"Charge culturelle"

Pour hâter la concrétisation des propositions du CSŒ au sein du vignoble, Hervé Novelli s’appuie également sur la montée d’un message sanitaire abstentionniste quant à la consommation de boissons alcoolisées. Avec l’œnotourisme, « le vin devient autre chose qu’un produit de consommation. C’est une clé d’entrée à la compréhension d’un territoire, son patrimoine, sa culture… » estime l’ancien ministre, qui prédit qu’« il sera plus simple à l’avenir de vendre le vin comme un produit culturel, de découverte de territoire, que comme un produit de consommation ». Avec cet enjeu d’ancrer encore plus le vin dans le paysage culturel français, une autre course contre la montre se joue pour Hervé Novelli.

 

* : Dans le texte présenté en novembre dernier, il s'agit de « donner à la France le leadership mondial en matière de hiérarchisation, de segmentation et de lisibilité de l’offre œnotouristique avec le lancement d’une démarche d’expérimentation autour d’un classement des expériences œnotouristiques en lien étroit avec les professionnels tout en continuant à faire progresser la qualité de l’offre œnotouristique française en renforçant les exigences du label Vignobles & Découvertes ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé