LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Conseils supérieurs

20 mesures pour appuyer sur l'accélérateur de l’œnotourisme français

Mardi 20 novembre 2018 par Alexandre Abellan

Le CSŒ propose ainsi d’inclure à la charte Vignobles & Découvertes le futur cadre de référence des fêtes viticoles responsables.
Le CSŒ propose ainsi d’inclure à la charte Vignobles & Découvertes le futur cadre de référence des fêtes viticoles responsables. - crédit photo : Atout France
Les premières assises du tourisme vigneron viennent de présenter une feuille de route où les propositions riment avec ambitions.

Arguant que « la France a désormais l’opportunité de prendre le leadership mondial sur [le tourisme viticole] », le Conseil Supérieur de l’Œnotourisme (CSŒ) vient de dévoiler 20 mesures pour transformer la possibilité en réalité. Présentées ce 20 novembre, lors des premières assises nationales de l’œnotourisme, ces propositions risquent de sembler aussi éclectiques que peu pratiques à nombre d’opérateurs de l’œnotourisme, qui demandent surtout de lever les flous légaux qui pèsent sur leur développement.

En la matière, le CSŒ souligne que « pour favoriser le développement de l’œnotourisme français, il convient d’œuvrer à l’adaptation de la réglementation aux spécificités de la filière ». Ce qui passe par trois propositions. D’abord « la définition du concept de vendanges touristiques, afin de rassurer les prestataires […] qui craignent que cette pratique soit assimilée à du travail irrégulier ». Puis adapter, si nécessaire par dérogations, les « normes d’accessibilité avec l’architecture historique des caves et caveaux de dégustation ». Enfin, assouplir « les conditions de construction de bâtiments à vocation touristique sur des terres agricoles ».

Structurer, former, chiffrer…

Parmi ces 20 propositions (voir encadré), se trouvent notamment la structuration de l’offre française afin de la rendre plus lisible (avec le test d’un classement œnotouristique, un renforcement des exigences et de la gouvernance du label Vignobles & Découvertes…), le développement de la formation des opérateurs pour professionnaliser la filière (enseignement académique avec la création d’une chaire dédiée et formation continue avec des supports en ligne), la création d’un suivi statistique de cette activité (en créant un réseau, à défaut d’un observatoire, économique, en sondant les clients…), la meilleure promotion du tourisme vigneron (en lançant un évènement festif national, en créant un trophée œnotouristique, en travaillant avec les groupes hôteliers et touristiques, ainsi qu’avec d’autres filières des boissons alcoolisées, comme les bières et les spiritueux…). Ces propositions n’oubliant pas de s’inscrire dans le plan de prévention de l’alcoolisme proposé cet été par Vin & Société.

Soutenues par le secrétaire d’État au tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne (qui a promis de « faire de l’œnotourisme une priorité gouvernementale »), ces premières assises nationales doivent maintenant concrétiser ces propositions pour positionner la France en destination de référence pour les séjours œnoutouristiques.

Les 20 propositions dans le texte :

1. Donner à la France le leadership mondial en matière de hiérarchisation, de segmentation et de lisibilité de l’offre œnotouristique avec le lancement d’une démarche d’expérimentation autour d’un classement des expériences œnotouristiques en lien étroit avec les professionnels tout en continuant à faire progresser la qualité de l’offre œnotouristique française en renforçant les exigences du label Vignobles & Découvertes.


2. Permettre aux destinations labélisées Vignobles & Découvertes de prendre la main sur l’animation nationale du réseau et de construire leur propre stratégie de promotion avec la création d’une fédération des destinations labellisées Vignobles & Découvertes.

3. Créer une chaire Œnotourisme en lien avec une université ou un établissement de formation professionnelle supérieure français et la mise en place d’un collège des formations en matière d’œnotourisme, afin d’assurer l’adéquation des offres de formation avec les besoins de la profession.


4. Réaliser un MOOC (Catalogue de formation en ligne) dédié à l’œnotourisme et réactualisation du très populaire « Guide de l’accueil en caves » réalisé par Atout France.


5. Intégrer la notion de « Fêtes viticoles responsables » définis par Vin & Société au label Vignobles & Découvertes. À terme, le label Vignobles & Découvertes, en tant qu’outil de référencement de l’offre œnotouristique française, devra permettre de labelliser toutes les fêtes viticoles responsables, indépendamment de leur rattachement ou non à une destination.

6. En concertation avec les autorités compétentes, œuvrer à la définition du concept de vendanges touristiques afin de rassurer les prestataires œnotouristiques qui souhaiteraient développer cette activité très demandée par les touristes mais qui craignent que cette pratique soit assimilée à du travail irrégulier.


7. Favoriser la compatibilité des normes d’accessibilité avec l’architecture historique des caves et caveaux de dégustation qui souhaitent s’ouvrir à la visite. La possibilité de faciliter les dérogations dans des cas précis doit être étudiée.


8. Encourager auprès des autorités compétentes le lancement d’une réflexion sur les conditions de construction de bâtiments à vocation touristique sur des terres agricoles.


9. Intégrer l’œnotourisme dans les grandes enquêtes publiques (INSEE, EVE) et prendre en compte les recettes générées par la vente de vin aux touristes sur site dans les comptes du tourisme.


10. Doter la filière d’une véritable capacité d’observation et d’intelligence économique en établissant un réseau de partenaires capables de porter une démarche d’observation pérenne.


11. Réaliser une étude des attentes des clientèles étrangères, de la distribution sur les marchés et des facteurs clés de succès en matière d’œnotourisme.


12. Encourager un fonctionnement inclusif et collaboratif en matière de gouvernance en soutenant les initiatives portées par le Cluster Œnotourisme d’Atout France, le Conseil Supérieur de l’Œnotourisme et la fédération des destinations labellisées Vignobles & Découvertes.


13. Développer les synergies de l’œnotourisme avec des filières voisines comme le spiritourisme et le tourisme brassicole via la création d’un groupe de travail incluant des représentants de ces filières.

14. Créer un programme « œnotourisme » au sein du CNIV, en partenariat avec Atout France, pour favoriser les synergies en matière d’organisation d’événements de promotion de la France sur les marchés étrangers et d’accompagnement des interprofessions à l’export.


15. Coordonner un grand événement œnotouristique à l’échelle nationale en fédérant autour d’une même date les initiatives développées dans le cadre du label Vignobles & Découvertes.

16. Lancer des Trophées français de l’Œnotourisme, en partenariat avec le magazine Terre de Vins et Atout France, afin de valoriser et encourager les domaines et châteaux viticoles qui se mobilisent au quotidien pour mettre en place des propositions œnotouristiques fortes et adaptées aux demandes de la clientèle, particulièrement au sein des propriétés labélisées Vignobles & Découvertes.

17. Favoriser la numérisation des entreprises du secteur en relation avec Bpi France.

18. Mettre en place d’une convention cadre avec les grandes chaînes hôtelières françaises afin de leur permettre d’intégrer l’œnotourisme comme une proposition incontournable de leur offre.

19. Mettre en place d’une convention alliant culture et œnotourisme afin d’encourager la mise en valeur du patrimoine œnoculturel de chaque destination, notamment en permettant aux grands sites culturels de proposer des dégustations.

20. Dynamiser la distribution en incitant les acteurs majeurs de la distribution touristique à intégrer davantage l’œnotourisme dans leur offre.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Jacques357 Le 23 novembre 2018 à 16:32:16
Et pendant ce temps-là, on ne peut toujours pas récupérer la TVA sur un petit fourgon 9 places pour balader nos clients dans les vignes et accessoirement nous servir à transporter les vendangeurs pendant les 10-12 jours de vendanges. Ce qui éviterait d'en louer un à prix d'or.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé