Accueil / Commerce/Gestion / Le boom des sites spécialisés de ventes de vins en ligne
Le boom des sites spécialisés de ventes de vins en ligne
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Pendant le confinement
Le boom des sites spécialisés de ventes de vins en ligne

Depuis la mise en place du confinement en France, les plateformes de e-commerce vendant du vin aux particuliers affichent une explosion de leur activité.
Par Juliette Cassagnes Le 16 avril 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le boom des sites spécialisés de ventes de vins en ligne
« Avec le confinement, les commandes partent avec du retard, mais les clients ne sont pas pressés, ils sont patients, bien plus sympas et finalement contents qu'on puisse les livrer...' - crédit photo : Pixabay
Q

u'il s'agisse de « pure-players » comme Vin-Malin, Millesima, le Petit ballon et les Grappes, ou bien de cavistes, comme Nicolas, le Repaire de Bacchus et Lavinia, les ventes de vins depuis le début du confinement ont décollé. Pour le site Vin-Malin, les commandes ont presque triplé depuis la semaine du 9 mars, et le panier moyen a augmenté de +125 % dans la semaine du 30 mars au 3 avril. Conséquence : le chiffre d'affaires par semaine a fait un bond de 360 % par rapport au début d'année 2020.

Au Petit Ballon, on a enregistré +250 % de C.A. sur la période du 12 mars au 8 avril par rapport à la même période l'an dernier, et +200 % du nombre de commandes : « Ce ne sont pas de nouveaux clients mais des gens qui nous connaissent, qui sont déjà dans nos bases », constate Martin Ohannessian, l'un des fondateurs. « Nous constatons une progression de notre activité supérieure à 100% par rapport à l’année dernière, auprès des particuliers, avec des volumes équivalents aux périodes de Noël, indique de son côté Loïc Tanguy, du site les Grappes. En revanche, la plateforme les grappes Pro est à l'arrêt... »

Des taux de conversion plus forts

Chez Millésima, la tendance est aussi positive, mais moins marquée, avec une progression sur le mois de mars du chiffre d'affaires de +5 % et sur la première semaine d'avril de +30 % ; là encore, les hausses sont liées à une forte augmentation du nombre de commandes. Positionné sur des vins haut-de-gamme, le panier moyen a diminué (de 44 à 36 €/col). « Les achats de rosés progressent fort, grâce au beau temps. Il y a aussi plus de panachage, constate Fabrice Bernard, son PDG. On sent les notions de plaisir et d'envie derrière.. ». Même constat au Petit Ballon : «Nos clients commandent plusieurs bouteilles différentes, panachent, avec des références connues et des vins plus originaux, pour faire de nouvelles découvertes », explique son responsable. Autre constat pour ce site : la part féminine dans la clientèle, qui a explosé, de +300 %.

Pour les chaînes de cavistes « traditionnels » comme Nicolas ou Lavinia, qui ont dû fermer les portes de leurs magasins, leur site web permet le maintien d'une relative activité, sans pour autant compenser les pertes. Celle du caviste Lavinia, qui représente le quart de ses ventes totales, avait progressé début avril de +125 % par rapport à la même période l'an dernier, et est désormais stabilisé. Une progression liée à la fois au nombre de commandes, multiplié par deux, et au montant du panier moyen, qui est passé de 300 à 350 € environ.

Egayer le confinement

« Nous ne déployons plus les dispositifs d'acquisition habituels de visiteurs, donc le trafic a baissé ; mais cela est compensé par un taux de conversion plus fort », ajoute Edouard Maguin, responsable de Lavinia. Les visiteurs sont plus « qualifiés », en d'autres termes, ils arrivent sur le site moins par hasard, avec des montants d'achats supérieurs. Ce dernier constate que les vins commandés correspondent plutôt à des « entrées de gamme » (de 15 à 45 €) destinés à une consommation plus « courante », « pour égayer le confinement ». Le site web Nicolas a quant à lui vu son chiffre d'affaires du mois de mars 2020 quintupler par rapport à mars 2019, avec une activité supérieure à la période de Noël, mais sans l'esprit des fêtes.

 

 

Le challenge de la logistique pendant le confinement

Tous ces sites marchands ont par ailleurs en commun d'avoir réussi à maintenir l'organisation logistique, qui reste le principal challenge pour le e-commerce. « Les 1ers jours du confinement, nous avons eu des fermetures d’agence de nos logisticiens mais nous avons aujourd’hui retrouvé la même qualité de service », témoigne Loïc Tanguy.  « La grosse difficulté ne vient pas du transport mais des hubs logistiques qui sont fermés ou en activité restreinte, mais ce n'est pas notre cas », résume Edouard Marguin. « Notre logisticien a pris toutes les mesures nécessaires pour poursuivre son activité, mais les coûts ont augmenté », indique pour sa part Martin Ohannessian, du Petit Ballon. «Le transport, c'est ce qu'il y a de plus compliqué, témoigne Fabrice Bernard, qui travaille avec deux sociétés. Mais il n'y a pas eu d'arrêt, juste une baisse des volumes  ».

Les transporteurs ont donc globalement réussi à maintenir leur services, permettant aux sites de e-commerce de livrer leurs clients. Les délais de livraison, qui sont effectuées désormais uniquement à domicile, sont néanmoins souvent rallongés de quelques jours par rapport à la « normale ». « Mais les gens sont chez eux, ils sont compréhensifs », poursuit le dirigeant de Millésima, site qui livre ses clients français en 5 jours au lieu de 3.

« Les commandes partent avec du retard, mais les clients ne sont pas pressés, ils sont patients, bien plus sympas et finalement contents qu'on puisse les livrer », témoigne Martin Ohannessian, qui compte un délai de livraison moyen de 8 jours actuellement. « Il y a quelques retards mais les clients restent satisfaits du service proposé, comme en témoignent les retours qui restent très positifs ; le notes de satisfaction sont très bonnes et ont même progressé le mois dernier », confirme Jean-Christophe Gallois, directeur des opérations du site vin-malin.fr.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé