Accueil / Politique / Les vignerons bourguignons en colère contre l'Inao

Projet de délimitation de l'aire Bourgogne
Les vignerons bourguignons en colère contre l'Inao

Le ton monte entre les vignerons Bourguignons et la commission d'enquête Inao chargée d'étudier la nouvelle délimitation de l'aire d'AOC Bourgogne. Ils comptent se faire entendre lors du prochain Comité national Inao.
Par Juliette Cassagnes Le 28 janvier 2020
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les vignerons bourguignons en colère contre l'Inao
Le syndicat des Bourgogne est présidé par Brunot Verret, vigneron dans l'Yonne - crédit photo : DR
L

e syndicat des appellations régionales Bourgogne et la CAVB ont pris connaissance le 19 décembre dernier du projet de délimitation de l'aire d'AOC Bourgogne de la commission d'enquête nommée par l'Inao. Celle-ci prévoit d'exclure 64 communes, soit 7000 ha dont 5500 ha de vignes plantées, comprenant l'ensemble des communes de Chablis (sauf Préhy), 6 communes autour de Dijon et l'ensemble du Châtillonais, soit 23 communes. « Elle se base sur le critère du manque d'usage continu dans ces secteurs, en d'autres termes une production sans discontinue de Bourgogne sur les 10 dernières années. Mais dans ces vignobles, on en produit en complément des autres appellations, donc pas chaque année. En revanche, le critère d'appartenance à la Bourgogne historique a quant à lui disparu, s'étonne Guillaume Willette, directeur du syndicat.

43 communes du Beaujolais, situées dans le Rhône, pourraient à l'inverse intégrer la zone d'appellation: 19, situées dans les crus, pourraient produire du Bourgogne-Gamay et 24 autres, dans le sud-Beaujolais, du Bourgogne « générique ».

Une manifestation à Paris

« Les critères ne sont pas cohérents et pas bons », résume celui-ci. Les tentatives de discussions et de négociations des représentants du syndicat de ces dernières semaines n'ont pas permis de faire changer d'avis la commission Inao, qui refuse d'entendre leurs arguments; lors du prochain Comité national Inao du 6 février est prévue une présentation du rapport par la commmission d'enquête.

Très remontés, ils ont donc programmé un rassemblement des vignerons de Bourgogne ce jour-là, devant le siège de l’Inao à Montreuil. « Ils comptent bien rappeler aux membres de l’Inao qu’ils sont là pour défendre la notion d’appellation d’Origine et le respect des identités des deux vignobles : le Beaujolais est produit en Beaujolais et le Bourgogne en Bourgogne », indique le syndicat. Des réunions d'informations et de mobilisations des viticulteurs ont aussi actuellement lieu dans le vignoble.

Une pétition a par ailleurs été lancée la semaine précédente ; elle a recueilli 2300 signatures en 5 jours.

Pour rappel, la Bourgogne n’a jamais achevé son travail de délimitation initié en 1937. Si le cœur historique de la Bourgogne bénéficie de délimitations terminées, celles-ci n’ont jamais été réalisées pour les appellations bourguignonnes dans le Beaujolais et le Chablisien. Un premier projet de délimitation avait été proposé en 2011 puis annulé en 2014 par le Conseil d'Etat suite à un recours des producteurs de Bourgogne en Beaujolais.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (5)
craoux Le 05 février 2020 à 19:42:26
Comment échapper à toutes ces problématiques "bidon" autour de cette notion surgie du passé mais qui ne colle plus du tout avec les nouveaux critères de notre époque ? Oui, je parle de l'AOC .. réinventée en tant que AOP mais le copier-coller ne leurre personne ... Tous ces cahiers des charges sont et seront évolutifs au gré de ce qu'imposera l'économie (valorisation du foncier délimité !) et le technique. Franchement, ça ne vous fait pas rire qu'on ergote encore sur l'antériorité et les usages ? ... où est la légitimité à revendiquer une production en appellation X ou Y de nos jours alors que, notamment, les pratiques œnologiques des année 50-60 ne sont en rien comparables avec celles autorisées de nos jours ? Et quid des expérimentations qui in fine seront rapidement validées pour introduire d'ici peu de nouveaux cépages dans ces dites aires d'appellation ? La liberté et le challenge à saisir (pour les "bons" vignerons) est dans le statut " Vin de France " .. Qu'ils nous montrent que leur talent ne se résume pas à une étiquette.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Arnould Le 05 février 2020 à 13:08:20
LE COMITE DE L'INAO VA ENTRAINER UNE INCOMPREHENSION GRANDISSANTE ET UNE MEFIANCE VIS A VIS DES ETRANGERS POUR LESQUELS NOS DELIMITATIONS SONT DEJA TRES DIFFICILES A COMPRENDRE; POURQUOI CERTAINES COMMUNES BENEFICIENT DE LA GRÂCE DU BOURGOGNE ET NON D'AUTRES COMME LA COMMUNE DE PREHY QUI EST ELLE INCLUE ET PAS LE CHABLISIEN QUI PRODUIT DU BOURGOGNE QUASIMENT SANS DISCONTINUITE DEPUIS PRES DE 900 ANS. LE MANQUE DE CRITERES TRANSPARENTS ET OBJECTIFS EST FLAGRANT ET TOUT CELA AU BENEFICE DU BEAUJOLAIS DANS LEQUEL DE GROS NEGOCIANTS ONT LOURDEMENT INVESTIS... EST-CE LA L'EXPLICATION?
Signaler ce contenu comme inapproprié
Jm de la Viti Le 04 février 2020 à 18:38:06
Il faudrait savoir quels sont les lobbys qui sont derrière ce projet..! Certains ont la mémoire courte, Philippe le Hardi avait promulgué un édit interdisant le gamay en Bourgogne. Pourquoi modifier un canevas des appellations qui a fait ses preuves depuis plusieurs décennies ? Franchement, on ne comprend pas.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Etienne Le 04 février 2020 à 17:45:52
l'INAO est un dinosaure d'un autre temps qui a perdu sa crédibilité face à l'émergence des nouveaux vignobles et qui se campe dans une position passéiste. Le monde a changé, n'en déplaise à ce comité de soit disant savants ! le climat évolue aussi, les modes de consommation aussi.. Mais l'INAO est resté inamovible dans ses incohérences. Quasiment toutes les appellations d'origine connaissent des problèmes de mévente ! Il faut dégraisser le mammouth, ne laisser qu'un droit de consultation à l'INAO et non un droit de décision, redonner la parole aux viticulteurs, laisser les inter professions gérer leurs appellations et ne plus avoir a subir le diktat de l'INAO. La viticulture d'appellation d'origine francaise s'en portera beaucoup mieux !!!
Signaler ce contenu comme inapproprié
OBOZIL Alain Le 28 janvier 2020 à 12:11:15
IL y a obligatoirement un organisme qui veut transformer tout , absolument tout de notre société, c'est là qu'il faut chercher, nos administrations et nos banques sont sans doute à sa disposition
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé