LE FIL

Nouveau recul

Fin de cycle pour les foires aux vins

Vendredi 03 janvier 2020 par Alexandre Abellan

« Le travail qualitatif doit prendre le relais des offres promotionnelles des dernières années » analyse Jean Glussot.
« Le travail qualitatif doit prendre le relais des offres promotionnelles des dernières années » analyse Jean Glussot. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
En 2019, aucune enseigne n'échappe à la dégringolade. Récoltés par Rayon Boissons, les chiffres d’affaires des ventes promotionnelles de l'automne dernier témoignent d’un système en perte de vitesse.

Durant les foires aux vins de l’automne 2019, « les sept principaux groupes de distribution et enseignes de supermarchés à dominantes marques propres essuient une nette baisse des ventes à -10 % » annonce Rayon Boissons. Confirmant les données des panels Nielsen, le mensuel précise que le leader Leclerc affiche une baisse limitée de 4 % de son activité entre 2018 et 2019 (avec 95 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année). Le challenger Carrefour encaisse une chute de 15 % de ses ventes (pour 88 millions €), comme Intermarché avec -16 % (80 millions €) et Auchan avec -22 % (45 millions €). Système U limitant la casse avec -7 % (45 millions €).

"Dernières heures"

« Les raisons sont en tout cas nombreuses pour expliquer ces mauvais résultats entre une promo en berne, une désaffection des grands crus ou encore une offre saturée. Dans sa forme actuelle, cette institution du calendrier promotionnel des enseignes a certainement vécu ces dernières heures » prophétise Rayon Boissons.

Un constat partagé par Jean Glussot, l’expert distribution et vins chez Nielsen, qui expliquait il y a quelques semaines que « le rebond viendra d’un travail de fond sur le rayon avec trois axes prioritaires : des partis-pris forts sur l’assortiment sont nécessaires pour se démarquer, notamment face aux cavistes en ligne ; la théâtralisation du rayon, dans la lignée des initiatives d’espaces caves à vin dans les magasins ; un véritable effort de pédagogie auprès des consommateurs pour les accompagner dans leurs choix dans ce rayon si riche en références et en labels (bio, biodynamie, CAB, HVE, nature, sans souffre, vegan…). »



 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Stéphane B Le 05 janvier 2020 à 10:29:21
Il suffit de mettre un conseiller en vin dans le rayon. Simplement du bon sens.
albert Le 03 janvier 2020 à 14:16:28
Est-ce que "nos" grands experts et spécialistes de la distribution des vins prennent le parti de ne pas intégrer voire ne pas s'intéresser au facteur "prix" dans leurs analyses ? Il est dommage d'annoncer une chute globale des ventes de 10% sans analyse des segments "prix/col" touchés ou affectés par ce retrait. Quand les gilets jaunes étaient dans la rue il y a un an, la classe politique et les appareils syndicaux n'ont rien vu venir de ce mouvement parti de la base pour faire entendre une forme de détresse spontanée en lien avec la baisse du pouvoir d'achat (ndlr: Martinez en a tiré un enseignement pour occuper, cette fois, le "terrain" en cette fin 2019). Qui dispose d'un budget suffisamment solide pour se constituer une cave via les foires au vin ? .. pas tout le monde. Or, la filière a mis (sur ces dernières années) l'accélérateur sur les prix. Dans les foires au vin, la mise minimum pour espérer toucher un produit correct est 10/15€ au col. Ce qui commence à compter dans un budget familial si l'on adopte le carton de 6. Est-ce que nos experts comprennent cela ? Le vin est resté un produit à la demande élastique et il y a trop, bien trop d'offre ... sans véritable repère à l'achat en lien avec une vraie qualité (l'AOP ou l'IGP ... qui veut encore croire aveuglément aux promesses de ces labels !).
Tucuman Le 03 janvier 2020 à 12:36:16
Pour exemple, il suffisait cet automne de se promener dans les allées du grand magasin AUCHAN Paris Montreuil Bel Est avec une offre pitoyable pas meilleurs que le reste de l'année tant en vins abordables qu'en en grands crus, ce avec une présentation minimale, des responsables de rayon injoignables et des affichages de prix contradictoires. On ressent très vite le manque d'implication à faire des foires aux vins un vrai évènement. Pour connaître depuis plus de 20 ans, avant c'était autre chose !!! Et pour ne pas faire de parisianisme exacerbé, je dénoncerais dans le même genre le LECLERC de ROUEN Saint Sever avec les mêmes constats. Il semble que pour beaucoup de grandes surfaces les foires aux vins sont devenues des attrapes-consommateurs trop faciles. Comme le souligne l'article, une remise en cause est nécessaire face à la concurrence.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé