LE FIL

Repositionnement et réinvention

Vinexpo en finit avec le concept de salon à Bordeaux

Mardi 19 novembre 2019 par Alexandre Abellan

Parmi ses axes de travail, Rodolphe Lameyse se penche sur à un code de bonne conduite des châteaux tenant des salons ou évènements pendant le salon bordelais.
Parmi ses axes de travail, Rodolphe Lameyse se penche sur à un code de bonne conduite des châteaux tenant des salons ou évènements pendant le salon bordelais. - crédit photo : Vinexpo Shanghai
L’évènement bordelais va s’implanter dans la ville pour proposer une expérience axée sur l’exceptionnel, de la gastronomie à l’œnotourisme. Une façon d’affirmer sa différence face à la concurrence de ProWein, mais aussi le rapprochement avec Wine Paris.

Se rêvant moins en rendez-vous traditionnel qu’en exposition universelle, Vinexpo Bordeaux « ne peut plus être un salon XXL avec 70 000 mètres carrés de surface où l’on fait venir le plus d’exposants et de visiteurs du monde entier » reconnaît Rodolphe Lameyse, le directeur général de Vinexpo. Pour lui, Vinexpo Bordeaux est arrivé à « un point bas. L’édition 2019 a été dans la lignée des baisses précédentes. La promesse client d’un salon n’est plus envisageable en 2021 si cela continue comme ça » tranche-t-il, sans concession et avec une seule ambition : redonner à Vinexpo Bordeaux son statut de précurseur en le secouant de sa torpeur.

Alors que les évènements offs, se déroulant hors du parc des expositions, ont souvent été présentés comme des parasites affaiblissant le salon principal, le Vinexpo Bordeaux nouveau compte capitaliser sur la richesse de ses localisations. Une balkanisation qui fait le pari de l’expérience bordelaise dans la cité. « Nous allons toujours utiliser le parc des expositions (avec un symposium sur le changement climatique), mais notre colonne vertébrale sera sur les quais. Il y a beaucoup à faire » pointe Rodolphe Lameyse. Qui reconnaît ne pas pouvoir encore donner force de détails, mais prévoit un salon de l’œnotourisme pour miser sur une activité porteuse. Comme l’a montré récemment le rassemblement à Bordeaux des Grandes Capitales du Vin, le réseau touristique créé il y a vingt ans par la Chambre du Commerce et de l’Industrie de Bordeaux, l’actionnaire de Vinexpo qui a validé la réorientation de son salon phare.

Format unique

Pour reconquérir les cœurs, l’organisateur ne fait pas pour autant le pari de la rupture totale. Vinexpo Bordeaux ne deviendra pas un salon annuel pendant les primeurs, mais maintiendra son format d’un rendez-vous de quatre jours positionné tous les deux ans début juin (du mardi premier juin au vendredi 4 juin 2021). Avec ce format atypique, tenant plus du gastronomique Vinitaly (à Vérone) que du leader ProWein (à Düsseldorf), Vinexpo Bordeaux finalise un positionnement stratégique bien distinct dans l’univers concurrentiel des salons de commercialisation de vins. A commencer par la réunion de Vinexpo et Wine Paris, qui mise sur une taille critique pour compter dans le business.

"Moment de bascule"

« Nous ne sommes pas dans un duel à mort avec ProWein. 2020 pourrait être un moment de bascule pour rééquilibrer l’offre des salons. Cela fait dix ans qu’il n’y avait pas d’alternative en Europe » note Rodolphe Lameyse. En regard de la wine week parisienne, « Bordeaux sera un évènement de rencontres. L’avenir dira ce que sera Vinexpo 2021 par rapport à ce que j’ai en tête, mais je suis sûr que nulle part ailleurs on ne pourra trouver de tels ingrédients » conclut le directeur de Vinexpo.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé