LE FIL

Primeurs

Une semaine pour découvrir la diversité des Beaujolais Nouveau

Jeudi 07 novembre 2019 par Vincent Gobert

Dominique Piron, Président d'Inter Beaujolais : 'les jeunes vignerons veulent mettre le vrai prix à leur vin aujourd’hui. Le prix des belles cuvées s’ajuste ainsi vers le haut. On a des potentiels de 7 à 25 € la bouteille contre 7 à 9 € par le passé ».
Dominique Piron, Président d'Inter Beaujolais : 'les jeunes vignerons veulent mettre le vrai prix à leur vin aujourd’hui. Le prix des belles cuvées s’ajuste ainsi vers le haut. On a des potentiels de 7 à 25 € la bouteille contre 7 à 9 € par le passé ». - crédit photo : Vincent Gobert
Inter Beaujolais veut transformer le 3ème jeudi de novembre en semaine du Beaujolais Nouveau. Le but est de faire découvrir la diversité des vins et de conquérir de nouveaux consommateurs.

« Les modes de consommation changent. On boit moins, mieux. On essaie d’accompagner ce mouvement en particulier chez les cavistes, décrit avec enthousiasme Dominique Piron, Président de l’interpro des Beaujolais. Le but est de présenter de la diversité sur une semaine de l’année. Et cela n’empêche pas de faire la fête ! ». Ce 7 novembre, à Paris, la stratégie exposée d’Inter Beaujolais pour la cuvée 2019 du Beaujolais Nouveau est ainsi d’accompagner une montée en gamme et d'allonger la période de consommation sur une semaine à partir du troisième jeudi de novembre. Le Président de l’interprofession précise que les jeunes vignerons « veulent mettre le vrai prix à leur vin aujourd’hui. Le prix des belles cuvées s’ajuste ainsi vers le haut. On a des potentiels de 7 à 25 € la bouteille contre 7 à 9 € par le passé ». Outre les cavistes, cette commercialisation sur une semaine peut répondre favorablement à la recherche des consommateurs s’approvisionnant en grande distribution. A la « faveur » de l’explosion du mouvement social des gilets jaunes il y a un an, il a ainsi pu être observé que les blocages n’avaient en rien empêché les ventes, qui s’étaient poursuivies le long de la semaine suivante. Au final, les ventes en France sont stables. Plus largement, au total, 22 millions de cols devraient s’écouler à travers le monde dans les 3 à 4 jours après le 21 novembre minuit, contre 24 millions de bouteilles l’an dernier.

50 % à l’export

A l’étranger, les lignes continuent de bouger. Inter-Beaujolais tente d’amortir la chute des ventes de Beaujolais Nouveau au Japon. Une opération spéciale aura d’ailleurs lieu en « primeur » au pays du soleil levant, quelques heures avant les minuits occidentaux. « On a divisé les ventes de Beaujolais Nouveau par deux par rapport aux belles années. Il y a 12 ans, on y vendait une bouteille pour 10 habitants ! On est désormais à 5 millions de bouteilles. Il faut en outre du temps pour convaincre les sommeliers de ce pays très traditionnel de regarder notre diversité de vins, confie Dominique Piron. Les japonais accordent une importance très particulière au mot « nouveau », à l'image des célébrations du printemps". Au Royaume-Uni, l’interprofession indique que tous les Beaujolais sont en hausse, « le Brexit ne fait rien du tout. Et les vins ne sont pas stockés, ils sont bus. Là-bas on revient au Beaujolais Nouveau car les 20 – 35 ans ne le connaissent pas. Le principal obstacle est l’explosion des micro brasseries ». En ce qui concerne les USA et le relevage important des taxes, « tous les vins commandés sont partis ». A priori, les négociations vont bon train. « Tout le monde fait des efforts sur les prix, précise Dominique Piron. Sur les vins de garde aussi, la moitié des taxes est prise en charge. On ne va pas laisser tomber, il nous faut conserver ce marché ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé