LE FIL

Vignes de Provence

La grêle s'abat sur les rosés du Var

Lundi 29 juillet 2019 par Alexandre Abellan

Pour les vignes grêlées, la Chambre d’Agriculture du Var préconise de « laisser la vigne en état et ne jamais envisager la retaille à ce stade avancé de la saison. Le développement des entre-coeurs permettra, plus ou moins, de reconstituer une nouvelle végétation ».
Pour les vignes grêlées, la Chambre d’Agriculture du Var préconise de « laisser la vigne en état et ne jamais envisager la retaille à ce stade avancé de la saison. Le développement des entre-coeurs permettra, plus ou moins, de reconstituer une nouvelle végétation ». - crédit photo : Chambre d'Agriculture du Var
En cours de recensement, les dégâts seraient localisés. Des grêlons ayant ravagé de vastes parcelles, quand des domaines tirent parti d'une pluie opportune, après la canicule.

Encore engourdi par la canicule par derniers jours, le vignoble du Var a été secoué par un violent orage ce samedi 27 juillet à midi. Les dégâts étant en cours de recensement, l’ampleur de la perte de récolte est actuellement inconnu. Mais la chambre d’agriculture du Var fait déjà état d’« un épisode intense de grêle localisé [où les] dégâts sont variables. Les secteurs principalement impactés sont La Motte, La Roquebrussane, La Garde Freinet, Saint Maximin, Tourves, Plan de la Tour, Grimaud. » Terroir de vins rosés, le Var est le premier département français producteur de rosés, avec les appellations Côtes de Provence et Coteaux Varois, ainsi que les vins de pays du Var.

-30 %

Au seuil de la véraison, « on craignait la grêle, comme il n’avait pas plu depuis longtemps et que les températures étaient très chaudes » rapporte Karine Boissezon, du château Lafoux (24 hectares de vigne en AOC Côteaux Varois, entre Tourves et Saint-Maximin). Cette appréhension s’est confirmée, l’intégralité des parcelles de la propriété ayant été touché, pour une perte de récolte évaluée à 30 %. « C’est une première estimation, cela va dépendre de la suite. Le vent a déjà permis de bien sécher les vignes, s’il n’y a pas trop d’humidité on va éviter la pourriture » se rassure Karine Boissezon, le château Lafoux étant assuré.

"Récolte tombée du ciel "

Alors que la sécheresse commençait à peser sur certaines parcelles (notamment les jeunes plantiers), les propriétés épargnées par la grêle sont satisfaites par la pluie :  « nous avons eu 60 mm d’eau mais pas un grêlon. Pour nous, c’est de la récolte tombée du ciel. On commençait à s’inquiéter avec la sécheresse » explique Magali Kraus, du domaine la Goujonne (60 hectares en Vins de Pays du Var, Coteaux Varois et Côtes de Provence).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé