Accueil / Viticulture / À la recherche de vins nantais effervescents et d'alternatives aux phytos
À la recherche de vins nantais effervescents et d'alternatives aux phytos
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Val de Loire
À la recherche de vins nantais effervescents et d'alternatives aux phytos

Les 8 nouveaux projets de R&D validés dans le vignoble ligérien se focalisent sur les adaptations de la filière aux demandes du marché en termes de réductions des intrants et d’effervescence.
Par Alexandre Abellan Le 25 juillet 2019
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
À la recherche de vins nantais effervescents et d'alternatives aux phytos
Pour le projet de pétillant dans le Muscadet, l'objectif est 'de définir un process d’élaboration type, lequel sera mis à disposition de la Fédération des Vins de Nantes en vue d’une mise en œuvre concrète et rapide'. - crédit photo : Fédération des Vins de Nantes
A

vec un budget gonflé à 1,5 million d’euros en 2019 (+25 % en un an), le « programme de recherche et d’expérimentation vitivinicole du Val de Loire » reconduit 19 actions de R&D et en lance 8 nouvelles pour les prochaines années. Financé à hauteur de 230 000 € par l’interprofession des vins du val de Loire (InterLoire), « le programme est constitué, à une très large majorité, d’actions concernant les itinéraires agro-viticoles et le matériel végétal, en lien avec la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires et le changement climatique » annonce le service technique d’InterLoire (Techniloire).

Il sera en effet question de ne plus désherber chimiquement en remplaçant le glyphosate par un paillage (projet Pitivih, d’un budget de 345 600 €) ou en robotisant les travaux du sol (projet Erudit, 187 800 €) ou en enherbant totalement dès la plantation une parcelle de vigne (projet Serpolet, 65 000 €). Pour réduire l’impact des traitements phytosanitaires sur l’environnement, seront également étudiés un biocontrôles contre Botrytis à base de champignon Aureobasidium pullulans (Divantibot, 121 000 €), des plantes phytoextractrices du cuivre des sols (Vitalicuivre, 88 000 €) et la plantation d’une vignoble à la biodiversité permettant de réguler les ravageurs (RedclimValdeLoire, 97 400 €).

Muscadet à bulles

Mais le projet qui attire le plus l’attention concerne l’étude sur le vin de Nantes effervescent (205 500 €). En complément de la structuration de l’offre des vins du Muscadet, la Fédération des Vins de Nantes souhaite diversifier la production de son vignoble en explorant la piste des bulles. Testant la méthode de la cuve close, le projet doit valider un assemblage optimal (étant constitué intégralement ou partiellement de melon) et un processus de production typique (liqueur d’expédition et levain identitaires).

A noter que la huitième étude du programme concene la valorisation par l’œnotourisme des pratiques de protection de la biodiversité (Oenobiotour, 152 000 €).

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé