LE FIL

Philippe Faure-Brac

"La sommellerie française doit continuer à susciter des vocations"

Lundi 10 juin 2019 par Alexandre Abellan

« Je ne gère pas le présent, je m’appuie sur le passé pour préparer l’avenir de la sommellerie » déclare Philippe Faure-Brac.
« Je ne gère pas le présent, je m’appuie sur le passé pour préparer l’avenir de la sommellerie » déclare Philippe Faure-Brac. - crédit photo : UDSF
Réélu à la présidence de l’association de la sommellerie française, le meilleur sommelier du monde 1992 maintient ses objectifs de formation et de féminisation du métier.

« Notre métier n’est pas de boire du vin ou d’en faire boire. Notre métier est de conseiller, de modérer et d’être juste » pose le sommelier Philippe Faure-Brac, tout juste réélu à la présidence de l’Union de la Sommellerie Française (UDSF), lors de sa dernière assemblée générale, qui a fêté les 50 ans de l’association (ce 3 juin à Lyon). Avec cette vision du travail de sommelier, l’UDSF veut susciter l’envie auprès des jeunes élèves, encore en orientation au collège ou en début de bac professionnel.

Film pédagogique

« La sommellerie française doit continuer à susciter des vocations. Même si tout va bien, le métier doit se remettre en cause » estime Philippe Faure-Brac, qui reconnaît le défi d’éviter le sujet de la consommation de boissons alcoolisées auprès d’un public de mineurs. « On leur parle des gestes du métier, de la découverte des terroirs, de la rencontre avec les vignerons… » résume le meilleur sommelier du monde 1992. Cette approche pédagogique sera au cœur du film de 26 minutes réalisé par l’UDSF pour les plus jeunes. Qui sera dévoilé lors des 50 ans de l’Association de la Sommellerie Internationale (du 6 au 8 octobre prochains en Champagne), avant d’être diffusé auprès des plus jeunes (dès la rentrée).

"Féminiser le métier"

Faisant le bilan de son premier mandat, Philippe Faure-Brac estime avoir « joué son rôle auprès de l’Education Nationale pour défendre la qualité des formations spécifiques, comme le BP sommelier, et ouvrir des heures de sensibilisation dans des formations généralistes, comme le bac pro servies en restauration ». Il maintient son objectif d’augmenter la féminisation de la sommellerie française. « Il faut que les femmes se sentent encore mieux accueillies dans le métier qu’elles ne le sont déjà » se donne comme objectif Philippe Faure-Brac. Qui saluent leurs récentes performances, les sommelières raflant les dernières compétitions françaises : Chloé Laroche avec le prix Michel Chapoutier du jeune sommelier (parrainé par Metro), Charlotte Guyot pour le trophée du jeune sommelier de France (parrainé par les champagnes Duval Leroy pour la dernière année), Pascaline Lepeltier pour les titres de Meilleur Sommelier de France et Meilleur Ouvrier de France (en 2018)…

« Tout ça est de bon augure pour donner envie aux jeunes femmes de faire ce métier » se réjouit Philippe Faure-Brac. Si actuellement 25 % des 1 000 adhérents de l’UDSF sont des femmes, la proportion de filles est plus élevée pour les formations : 55 %. « Ce n’est pas pour ça que toutes continueront dans le métier, mais il faut faire en sorte de les accompagner dans leur vie professionnelle » conclut le sommelier.

Objectif : un titre international pour 2022

« La passion est un moteur, mais elle n’est pas suffisante pour gagner un prix international… Cela fait vingt ans qu’un titre mondial nous échappe, même si l’on a fait de beaux podiums » regrette Philippe Faure-Brac. Avec le dernier meilleur sommelier du monde titré pour la France*, Olivier Poussier, il a créé la « team France UDSF » afin de renforcer la préparation des candidats aux compétitions internationales. Si le niveau international ne cesse de croître, « il faut se donner plus de chance, alors que beaucoup de pays coachent leurs champions » note Philippe Faure-Brac, qui espère que la France récoltera un titre lors des prochains concours, européens en 2020 et mondiaux en 2022.

 

* : Le défunt Gérard Basset ayant remporté le titre 2010 pour le Royaume-Uni.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé