LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Vins de Bordeaux

Premières mesures agroenvironnementales intégrées à un cahier des charges AOC

Mercredi 29 mai 2019 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 31/05/2019 11:14:04

: Ciblé par les médias et les associations antiphytos, le vignoble bordelais se place à l’avant-garde des mesures agroenvironnementales.
: Ciblé par les médias et les associations antiphytos, le vignoble bordelais se place à l’avant-garde des mesures agroenvironnementales. - crédit photo : CIVB (Bordeaux vignoble engagé)
Cette campagne 2019, trois appellations bordelaises s'imposent des actions devant conduire à une réduction des intrants viticoles.

« Le désherbage chimique total des parcelles est interdit », « tout opérateur calcule et enregistre son indice de fréquence de traitement (IFT) » et « les pieds morts doivent être évacués des parcelles, tout stockage de ces pieds morts est interdit sur les parcelles ». Deux ans après leur adoption en assemblée générale, les mesures agro-environnementales du syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur entrent en vigueur ce millésime 2019. Les trois dispositions venant d’être intégrés aux cahiers des charges des appellations Bordeaux (blanc, rosé et rouge), Bordeaux supérieur et Crémant de Bordeaux. « Etant parmi les premiers, cela a pris du temps. Qui sera plus court pour les suivants » commente Bernard Farges, le président du syndicat viticole bordelais. Soulignant que le projet a rapidement fait consensus auprès de ses 4 500 adhérents : « portées par un très bon groupe de travail, ces mesures ont vite été adoptées. Cela n’aurait pas été possible il y a cinq ou six ans. »

Plan de contrôle

Les pressions sociétales n’ayant pas diminué, les vignerons girondins ont intégré le virage de la réduction des intrants dans leur cahier des charges. L’obtention de l’appellation étant désormais inféodée au respect de ces mesures, le plan de contrôle de Qualibordeaux les prenant en compte dès 2019. Si le calcul de l’IFT doit permettre de mieux piloter le calendrier phytosanitaire, le ramassage des pieds morts doit réduire l’inoculum des parcelles. Aussi polémique que médiatique, le sujet du désherbage total ne devrait pas poser problème dans le vignoble. « Dans nos appellations, on a peu de désherbage en plein. Avec les vignes les plus larges de Bordeaux, on estime que 70 à 80 % de nos surfaces sont enherbées » ajoute Florian Reyne, le délégué général du syndicat des Bordeaux. Qui précise qu’avec la publication tardive des arrêtés au Journal Officiel, le 9 mai, il sera encore possible de trouver cette des parcelles totalement desherbées dans l’appellation (si le désherbage a eu lieu avant la publication).

Nouvelles mesures à venir

Ayant validé les cahiers des charges bordelais, le comité national des AOC vins de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO) du 15 novembre 2018 avait également adopté les mesures agroenvironnementales des appellations Champagne, Cognac et Montlouis-sur-Loire. La publication de leurs arrêtés devrait suivre prochainement. Pour Bordeaux, les modalités de repli sont encore à préciser, mais le syndicat viticole se projette déjà sur une nouvelle réécriture de son cahier des charges, afin d’y intégrer des cépages à fin d’adaptation. L’assemblée générale du 28 juin prochain doit arrêter une liste de vignes à tester pour les dix prochaines années (à hauteur de 5 % de l’encépagement et 10 % de l’assemblage, sans revendication sur l’étiquette). Le temps de valider nationalement cette courant 2020, les premières plantations ne sont pas attendues avant 2021.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé