LE FIL

Sauternes

Le château Bastor-Lamontagne rejoint la galaxie des Grands Chais de France

Mercredi 28 novembre 2018 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 30/11/2018 10:11:29

Se trouvant à proximité du château Suduiraut, le château Bastor-Lamontagne n’est pas un grand cru classé de Sauternes en 1855.Se trouvant à proximité du château Suduiraut, le château Bastor-Lamontagne n’est pas un grand cru classé de Sauternes en 1855. - crédit photo : Château Bastor-Lamontagne
Misant sur le liquoreux, la famille Helfrich vient de racheter la propriété bordelaise aux familles Cathiard et Moulin, qui se focalisent sur leur propriété de Pomerol.

Ne faites pas l’amalgame : « ce ne sont pas les Grands Chais de France qui rachètent le château Bastor-Lamontagne, mais la famille Helfrich » précise Florence Cathiard, la copropriétaire du château Smith-Haut-Lafitte. Achetée en 2014 au groupe Banque Populaire Caisse d’Épargne (BPCE) par les familles Cathiard (minoritaire, mais assurant l’appui technique) et Moulin (avec une part majoritaire pour les propriétaires des Galeries Lafayette, via la holding Motier Domaines), la propriété de 56 hectares en appellation Sauternes appartient désormais au millionaire alsacien Joseph Helfrich, 341ème fortune de France selon Challenges. Révélée par la Revue du Vin de France, cette vente est le premier investissement foncier de GCF à Sauternes.

Cycle du Sauternes

Certifié bio depuis 2016, le château Bastor-Lamontagne est connu pour son positionnement iconoclaste, ayant notamment lancé en 2015 le cocktail iconoclaste So Perrier, conçu pour être consommée avec de l'eau pétillante et des glaçons. Se souvenant de la polémique de l’époque, Florence Cathiard estime que Bastor-Lamontagne était trop en avance sur son temps, le concept de Sauternes on the rock ayant depuis été adopté par d’autres opérateurs. « Le problème de Sauternes, c’est que les gens adorent ses vins mythiques et magnifiques, mais personne n’en achète… Ça reviendra sans doute, c’est un cycle. Beaucoup espèrent sauver l’appellation par l’œnotourisme, ce qui est une très bonne idée, mais cela peut aussi passer par la distribution d’un grand groupe qui n’était jusque-là pas présent » analyse avec optimisme Florence Cathiard, qualifiant Joseph Helfrich de « spécialiste mondial du rapport qualité prix ».

La famille Helfrich prévoit d’investir dans la rénovation du château Bastor-Lamontagne, et notamment de ses impressionnants chais en pierres de taille. Si des travaux ont été lancés par les anciens propriétaires, ces derniers s’étaient focalisés sur une autre propriété rachetée à la BPCE, le château Beauregard (17 hectares en AOC Pomerol). Dirigeant ce dernier domaine, Vincent Priou quitte le suivi du château Bastor-Lamontagne, le reste des équipes techniques étant maintenu.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé