LE FIL

Marché

La production des effervescents en hausse de 10 % en 2022

Lundi 19 février 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

Les vins effervescents sont en progression dans le monde.
Les vins effervescents sont en progression dans le monde. - crédit photo : Creative Commons CC0
Production et consommation des vins à bulles ne cessent de croître. Michel Rémondat, directeur de Bulles Expo, pense que cela ne va pas s’arrêter.

Le marché des vins effervescents est « un marché à particulier, un monde à part » pose Michel Rémondat, directeur de Bulles Expo, le salon des vins effervescents qui se tiendra à Paris les 18 et 19 juin. Présentant les chiffres de ce marché lors de Vinisud ce 18 février, Michel Rémondat prévoit que la bulle mondiale devrait poursuivre son essor. « La production devrait augmenter de 10 % d’ici 2022 » assure-t-il.

Internationalisation des échanges

L’essentiel de cette croissance devrait être capté par les pays européens mais d’autres pays producteurs pourraient voir « l’extension de leur production » (Asie, Amérique du Nord et du Sud). Ce marché devrait être toujours porté par des marques et une stratégie de création de valeur. Les rosés, les extra-bruts et les produits des producteurs indépendants qui connaissent une éclosion actuellement, devraient s’affirmer et gagner des parts de marché. Prosecco et Cava ne seront pas en reste et devraient continuer «d’ouvrir les marchés aux produits authentiques, de valeur et d’image » pronostique Michel Rémondat. Enfin, le marché devrait poursuivre sa mondialisation avec une croissance des échanges commerciaux. « Au moins 50 % des vins mousseux franchiront une frontière avant d’être consommés en 2020 » assure Michel Rémondat.

Côté consommation, la croissance devrait également être au rendez-vous. Elle pourrait atteindre 24 millions d’hl, en hausse de 10 %. « Toute la question est de savoir qui produira les 4 millions d’hl produits en plus » questionne Michel Rémondat. La géographie des pays drivers de croissance ne sera pas très différente de celle constatée aujourd’hui. Le Royaume-Uni qui importe 1,5 millions d’hl en 2016, continuera de driver la croissance. De même, les Etats-Unis, le Canada, le Japon et la Chine devraient être des acteurs importants. Michel Rémondat prévoit également l’émergence de l’Australie, marché sur lequel les vins français dans leur ensemble connaissent une progression nouvelle.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé