LE FIL

Ras-le-bol vigneron

Les problèmes économiques se règlent-ils dans la rue ?

Lundi 09 octobre 2017 par Alexandre Abellan

Plus d’un siècle après, les manifestations des « crève-la-faim » du printemps 1907 nourrissent l’imagerie du Midi rouge.Plus d’un siècle après, les manifestations des « crève-la-faim » du printemps 1907 nourrissent l’imagerie du Midi rouge. - crédit photo : Carte postale de la marche du 26 mai 1907 à Narbonne (boulevard Barbès)
Avant le rassemblement du vignoble audois ce 18 octobre à Carcassonne, Vitisphere vous propose de partager votre perception de ces moyens de pression sur les pouvoirs publics.

La colère gonfle dans le Midi viticole. Alimentée par la concurrence des vins espagnols, les difficultés de commercialisation et les inconnues économiques d’une petite récolte (gel et sécheresse conduisant le Languedoc à espérer 10 millions hl en 2017). Éclatant dans des actions syndicales ou marginales (notamment du Comité Régional d’Action Viticole, le CRAV), cette rage doit désormais être canalisée par des rassemblements, afin d’espérer capter les attentions médiatiques, et donc politiques.

La mobilisation est sonnée pour ce 18 octobre à Carcassonne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES
JEAN Le 11 octobre 2017 à 00:01:29
La baisse de la consommation française de vin ne relève pas du gouvernement ,mais de la société: il faut trouver une manière intelligente (Vin et Société) de lutter contre les ayatollas anti vin . Il est là le combat prioritaire que les vignerons , regroupés ,doivent mener...
coulon Le 10 octobre 2017 à 18:45:49
Un syndicalisme d’un autre monde seulement mobilisé pour se faire valoir à titre personnel. Des leaders syndicaux au faible niveau intellectuel, à l’ouverture culturelle très étroite. Qui semble découvrir les pratiques illégales au delà des pyrénées, complice des pratiques désastreuses des groupements de producteurs. Dans la droite ligne de l’histoire politique déclinante du socialisme à la française. Basta ! P’ace à une nouvelle génération d’hommes et de femmes. Que le pouvoir institutionnel sache faire sortir de l’ombre de nouveaux leaders.
JFD Le 10 octobre 2017 à 18:40:56
Il faut impérativement penser à mettre en place une réserve individuelle et collective, avec laquelle on peut débloquer soit collectivement ou soit individuellement une quantité nécessaire de raisins en équivalent en HL en cas de mauvaise récolte ou en cas de forte demande de vins, et ça évite les coûteuses assurances avec lesquelles il y a un seuil pour indemnisation. La Champagne et d'autre régions ont ce genre de réserve et cela fonctionne très bien il faut juste que les syndicats et les comités interprofessionnels viticoles se contactent et se réunissent pour en parler et mettre la chose en place.
LOLO Le 10 octobre 2017 à 14:05:16
STOP AU CINEMA QUE NOUS FONT NOS DIRIGEANTS IL EST TANT DE SE REVEILLER .
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé