LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Estimations

Coop de France LR révise ses prévisions à 10.5 M hl

Mardi 03 octobre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

Avec une vendange historiquement faible, la production du Languedoc-Roussillon se demande que faire : augmenter fortement les prix ou jouer la confiance avec le négoce ?
Avec une vendange historiquement faible, la production du Languedoc-Roussillon se demande que faire : augmenter fortement les prix ou jouer la confiance avec le négoce ? - crédit photo : DR
Les coopératives du Languedoc Roussillon affinent les prévisions de volumes disponibles en cette fin de vendange. Les estimations sont plus basses que prévu.

Coop de France Languedoc Roussillon annonce estimer le volume de vendange de la région à 10.5 millions d’hl. Encore plus pessimiste, l’Institut coopératif du vin table sur 9.9 millions d’hl.

Département

Estimation septembre Coop de France LR (en million d’hl)

Estimation Agreste (juillet, en million d’hl)

Récolte 2016 (en million d’hl)

Moyenne quinquennale (en million d’hl)

Aude

3.08

3.2

3.59

3.7

Gard

2.72

3.2

3.47

3.37

Hérault

3.85

4.4

4.63

5.08

Pyrénées-Orientales

0.67

0.8

0.67

0.77

Bassin Languedoc-Roussillon

10.5

11.6

12 362

12.92

 

Avec un stock régional au négoce de 1,67 Mo hl (selon les douanes) et une récolte européenne en baisse de 15 à 20 millions d’hl (soit environ 8 % de la production mondiale 2016), la pression sur les prix apparaît comme une évidence. Du moins pour certains producteurs qui n’hésitent pas à appeler à des hausses de prix de 15 à 20 euros/hl.

Une opportunité de partenariat ?

Mais d’autres y voient une opportunité pour enfin instaurer de nouvelles relations commerciales avec le négoce ; et instaurer des contrats commerciaux pluriannuels. « Cette année, il y a nécessairement un arbitrage à faire entre opérer une hausse des prix et éviter de sortir du marché » estime Boris Calmette, président de Coop de France LR, qui espère que la contractualisation pourra se développer cette année. Ce pari (contractualiser avec un maintien ou une légère hausse des prix), Gérard Bancillon, président des collines du Bourdic est prêt à le faire. « Cela me semble une bonne idée de renforcer les partenariats avec le négoce pour se projeter beaucoup plus loin. Il vaut mieux être dans les prix qui permettent de gagner des parts de marché, notamment en Pays d’oc qui représentent 95 % des volumes de ma cave. Il est important de jouer sur le long terme. Spéculer me paraît être de l’inconscience ! ».

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé