LE FIL

Au service du vin

Le métier de sommelier désormais défini à l'international

Lundi 24 novembre 2014 par Alexandre Abellan

Au service du vin : le métier de sommelier désormais défini à l'international

Sommelier, nom masculin : « un professionnel du secteur vitivinicole et de celui de la restauration, cavistes, ou autres acteurs de la distribution qui recommandent et servent des boissons au niveau professionnel ». Telle est la définition du métier de sommelier adoptée par les 46 Etats-Membres de l'Organisation Internationale de la Vigne et du Vin ce 14 novembre à Mendoza. Une définition consensuelle, mais qui n'aurait pas perçu les évolutions du métier et passerait sous silence « la moitié du champ d'action du sommelier : expertise en dégustation, sélection et achats, gestion, enseignement-formation, communication... » énumère sévèrement le sommelier suisse Paolo Basso (meilleur sommelier du monde en 2013 et d'Europe en 2010). Si la résolution de l'OIV précise que le champ d’action du sommelier ne se limite pas au seul service en restauration, sa place dans le conseil aux opérateurs est en effet réduite à « assurer la présentation et le service adéquats des produits ».

Une vision qui n'est pas passéiste, mais restrictive pour Michel Hermet, le président de l'Union de la Sommellerie Française et propriétaire du Wine Bar de Nîmes. Trouvant le terme "sommelier" galvaudé, il est « partisan de délimiter le périmètre du métier pour ne pas trop s'éloigner de l'image que l'on connaît depuis le temps des rois. A la base ce mot désignait un conducteur de bêtes de somme, qui, au fil des âges s'est retrouvé chargé de l'intendance et du service des vins. Le métier s'est élargi depuis, on le voit lors des concours : il faut connaître les eaux, cafés, bières, eaux-de-vie... Maintenant, il faut défendre l'entité même du sommelier. » La question de la définition de la profession devrait d'ailleurs être approfondie à l'occasion des Etats Généraux de la Sommellerie, qui se tiendront le 12 janvier 2015 à la Chambre du Commerce de Nîmes (cliquer ici pour en savoir plus).

Baptisée OIV-ECO 474-2014, cette résolution fait écho à OIV-ECO 492-2013, qui donnait l'an dernier une définition internationale au métier d'œnologue.

 

 

[Illustration : Le service d'un vin en panier, UDSF]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé