Accueil / Oenologie / Retour aux basiques pour trois exposants du Sival
Retour aux basiques pour trois exposants du Sival
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Salon d'Angers
Retour aux basiques pour trois exposants du Sival

Clemens revient sur le marché de la décavaillonneuse. Forge Boisnier relance son outil de travail de l'interrang. V3Tec mise sur des pressoirs sans fioritures.
Par Bertrand Collard Le 19 janvier 2023
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Retour aux basiques pour trois exposants du Sival
Thomas Deneu, inspecteur commercial chez Clemens ravi de présenter sa nouvelle décavaillonneuse au Sival. - crédit photo : B. Collard
A

près des décennies d’absence, « on revient sur le marché de la décavaillonneuse », annonce Thomas Deneu, inspecteur commercial chez Clemens. La marque allemande a cessé d’en produire dans les années 90. La voilà de retour avec une décavaillonneuse hydraulique alors que l’ancienne était mécanique.

Très polyvalent

Ce nouvel outil est exposé sur le stand de Jarny au Sival, à Angers, du 17 au 19 janvier. Thomas Deneu souligne qu’il est monté sur le nouvel intercep de la marque, le Radius D qui est à double effet, contrairement aux modèles précédents, les Radius SL et SL+, et qui peut aussi recevoir bien plus d’outils : « une herse, une tondeuse, des disques animés ou une lame, en plus de la décavaillonneuse alors que le Radius SL ne reçoit qu’une lame et le SL+ qu’une lame ou une herse ».

A l’avant du Radius D, l’utilisateur peut monter une roue de jauge, un étançon, un disque crénelé concave ou un coutre circulaire.

Les affaires démarrent bien. « En 2022, nous avons vendu une présérie de 25 paires de décavaillonneuse. Cette année, nous espérons vendre plus de 100 paires », avance Thomas Deneu.

Chez Forge Boisnier c’est une autre affaire qui marche : le Raptor. Cette entreprise avait cessé d’en vendre, ses clients n’y voyant plus d’intérêt. « Il était en bleu. On m’a dit de le repeindre en rouge, notre nouvelle couleur, raconte Adrien Boisnier, gérant de l’entreprise. Il y a six mois, on l’a présenté à une démonstration au lycée de l’Oisellerie. Depuis, on en a fabriqué 30 ! ».

Que de la feraille

Pourquoi ce retour en grâce ? Allez savoir. Peut-être le goût de la simplicité. Le Raptor est un outil de travail de l’interrang. Pour commencer, une lame horizontale scalpe le sol sur toute la largeur de la machine. Puis quatre rouleaux émotteurs entrainés par l’avancement du tracteur remuent le sol et mettent les mauvaises herbes à nu.

« C’est un outil basique, il n’y a que de la ferraille, commente Adrien Boisnier. Tout ce qu’il y a à faire c’est de graisser huit graisseurs. On fabrique à la largueur demandée par le client ».

On cherche un prix

Retour au basique chez V3Tec également, mais avec un pressoir. Ce distributeur qui a succédé à Viti-Loire Babonneau après sa liquidation ajoute les pressoirs slovènes Sraml à son offre. « Ce sont des pressoirs pneumatiques à cage ouverte ou fermé de qualité, mais simples et sans trop d’options, détaille Arnaud Prieur gérant-associé de l’agence du Controis en Sologne. On cherche un prix. »

Les différents modèles vont de 5 à 100 hl. Comptez 47000 € pour un 44 hl, avec six programmes, passerelle et compresseurs compris. « Prêt à être mis en route ».

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
MME Le 24 janvier 2023 à 12:10:36
Pourquoi ne parlez vous jamais du desherbage alternatif. Vapeur, air chaud ou flammes, il existe des solutions... Cordialement Jean-Marc
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé