Accueil / Viticulture / Six conseils d'experts pour bien choisir son exosquelette
Six conseils d'experts pour bien choisir son exosquelette
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Santé et sécurité
Six conseils d'experts pour bien choisir son exosquelette

Faut-il s’équiper d’un exosquelette, et si oui, dans quel cas ? Quatre experts en prévention des risques de la MSA et de l’Aract nous permettent d’y voir plus clair.
Par Hélène de Montaignac Le 06 janvier 2023
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Six conseils d'experts pour bien choisir son exosquelette
Selon les modèles, les exosquelettes sont destinés à soulager le dos, les épaules, les mains et les bras, voire le corps entier. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
1
. Résistez au "coup de foudre"

Il est naturel de s’intéresser aux innovations, notamment lorsqu’elles visent à diminuer la pénibilité du travail, comme c'est le cas des exosquelettes. Agnès Ratgras, ergonome et conseillère nationale en prévention des risques professionnels agricoles à la CCMSA, recommande néanmoins de garder la tête froide. « Les exosquelettes constituent des moyens de prévention des risques professionnels, mais parmi d’autres. On aurait tort de les voir comme la solution miracle. » Selon les modèles, ces équipements sont destinés à soulager le dos, les épaules, les mains et les bras, voire le corps entier. Leurs prix varient de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros. « Des montants qui méritent une réflexion avant tout investissement », recommande Joël Donadi, conseiller à la MSA de Gironde.

 

2. Définissez correctement votre besoin

Il s’agit de s’interroger sur la nature et l’étendue de vos besoins. « Beaucoup d’entreprises ne s’accordent pas ce temps et confient le travail à un fournisseur, indique Pierre Arthaud, chargé de mission à l’Aract Nouvelle-Aquitaine. Nous les incitons au contraire à établir leur propre état des lieux, de façon à garder la main sur leur projet. »

BrunoFarthouatMSAdesCharentes.jpg

Bruno Farthouat (crédit photo DR)

Bruno Farthouat, conseiller à la MSA des Charentes, détaille : « Est-ce que je cherche à améliorer les conditions de travail ? Si oui, pour quelle(s) tâche(s) ? Est-ce que je cherche à soulager les douleurs expérimentées par un salarié ? Si oui, dans quelle situation les ressent-il ? Avec quelle fréquence et quelle durée ? Une fois qu’on aura défini ces besoins, on sera plus au clair pour questionner le fournisseur. » En tant qu’utilisateurs, les salariés devront être intégrés à cette réflexion. « Équiper un salarié affectera son travail, voire celui de collègues », prévient Agnès Ratgras.

 

3. Envisagez d'autres solutions

Cette mise à plat de vos besoins sera l’occasion d'évoquer ou de mettre en place des alternatives aux exosquelettes. « On peut alterner les postes, changer des horaires, mettre en place des échauffements et des étirements avant le travail », énumère Bruno Farthouat. Chaque situation est spécifique. Par exemple, « l’Entre-Deux-Mers et le Médoc ont beau être proches, des différences de hauteurs de palissage modifient les contraintes de travail dans les vignes. »

 

4. Adaptez l’outil au travailleur et à la tâche

L’exosquelette est un équipement personnel ; il ne peut pas servir à plusieurs salariés. « Il est nécessaire de le régler à la mesure de l’utilisateur, indique Joël Donadi. Il doit être à la fois efficace et confortable. Selon la morphologie de chacun, on peut être gêné au niveau des jambes ou des épaules lorsqu'on le porte. »

JoElDonadiMSAGironde.jpg

Joël Donadi (crédit photo DR)

De la même façon, un exosquelette peut se révéler adéquat pour une tâche mais pas pour une autre. « Il peut, par exemple, convenir pour manipuler des cartons de bouteilles mais pas pour tailler, s’il s’avère que les branches de vignes s’accrochent dans les bretelles », argumente Bruno Farthouat.

 

5. Testez-le en conditions réelles

Bruno Farthouat met en garde : « Au Vinitech, j'ai vu des vignerons enfiler un exosquelette, et s’écrier “C’est génial !” après s'être relevés quelques fois de la position accroupie. C’est évidemment une conclusion hâtive ». Il faut tester ces équipements ou les louer avant de les acheter, idéalement pendant plusieurs jours. « Attention à l’effet miracle de la première journée », prévient Joël Donadi. « Si vous cherchez un exosquelette pour tailler la vigne, n'hésitez pas à attendre l'hiver pour le tester en condition réelle, recommande Bruno Farthouat. Si vous devez le porter l’été, il faut le tester dans les vignes par temps chaud. En effectuant des essais, vous pourrez aussi déterminer s'il est préférable de porter l’exosquelette par-dessus ou par-dessous un vêtement de pluie ou une combinaison de travail. » On vérifiera de même sa compatibilité avec le port d’autres équipements, comme la batterie du sécateur. Et Agnès Ratgras d'ajouter : « Il faut aussi réfléchir au stockage, à la maintenance, au nettoyage et au remplacement de pièces ».

 

6. Mesurez les conséquences potentielles

S’équiper d’un exosquelette va augmenter le temps d’habillage et de déshabillage. « Même si cela se limite à quelques minutes, il y a de quoi modifier l'organisation du travail », souligne Joël Donadi. Le domaine doit alors définir s’il est prêt à prendre ce temps à sa charge. En contrepartie, minimiser les contraintes physiques peut avoir un effet positif sur le rendement. Toutefois, « avec seulement deux ans de présence de ces équipements sur le marché viti-vinicole, on manque encore de recul pour juger du risque éventuel de déplacer l’effort sur d’autres parties du corps », avance Bruno Farthouat. En tout état de cause, « si l’exosquelette doit répondre à un problème de santé, il sera prudent de solliciter l’avis du médecin du travail », conseille Joël Donadi.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
marie Le 20 janvier 2023 à 11:46:13
bonjour, je souffre des jambes lors de la taille ; j'ai essayé plusieurs modèle d?exosquelettes et toujours le même problème ; aucun système pour m'aider à me relever dans les vignes quand je taille ou nettoie le pied des plants Chardonnay en Chablis . je n'ai pas l'impression au vu des modèles sélectionnés que le problème ait été envisagé.... conçus pour des vignes hautes ou d'autres régions ou par des non-viticulteurs en Champagne ???? très dommage de passer à côté de ce problème qui touche d'autres viticulteurs ; soulager le dos, c'est très bien, mais si on a du mal à se relever, on taille à quatre pattes, sur les genoux...???
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2023 - Tout droit réservé