Accueil / Gens du vin / La bouteille de vin à l'étiquette "érotique part plus vite que celle classique"
La bouteille de vin à l'étiquette "érotique part plus vite que celle classique"
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Comic strip tease
La bouteille de vin à l'étiquette "érotique part plus vite que celle classique"

Amateurs de vin et collectionneurs de BD doivent être des polissons : ce sont les étiquettes les moins vêtues qui semblent être les plus recherchées par les uns et les autres.
Par Alexandre Abellan Le 19 novembre 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La bouteille de vin à l'étiquette
« Ce projet a pour but de promouvoir et rendre accessible au plus grand nombre des œuvres d'artistes contemporains et conjointement de créer un moment de partage autour d'un produit gastronomique » indique Pierre-Marie Segalen. - crédit photo : DR
P

assionné de bande-dessinée et de vin, le négociant-vinificateur Pierre-Marie Segalen allie ses deux passions dans des "cuvées BD" en appellation Côteaux d’Aix-en-Provence. Ayant l’objectif de proposer chaque année une cuvée confidentielle signé par un dessinateur, sous le nom Anima, Pierre-Marie Segalen propose à chaque artiste de réaliser deux dessins ayant un lien commun : une version "classique" (250 exemplaires numérotés et signés) et version "érotique" (69 exemplaires numérotés et signés). « L’idée est d’avoir une vraie discussion avec les auteurs, de ne pas reprendre une illustration existante, mais créer une étiquette » indique le négociant-vinificateur, notant que dans les faits, « la cuvée érotique part plus vite que celle classique ».

Ouvrant le bal, les premières étiquettes étaient signées par Vince (Donjons Antipodes, Chronokids…), « avec une proposition plus sage que ce qu’il fait d’habitude » s’amuse Pierre-Marie Segalen, qui a confié la deuxième série à Bastien Vivès (Polina, Last Man, Corto Maltese…) et la troisième à André Juillard (Les 7 vies de l’épervier, Blake et Mortimer, Léna…). Pour chaque dessinateur, le négociant-vinificateur se rend compte qu’il touche différents publics de lecteurs de BD et de collectionneurs d’étiquettes. Grâce à des ventes directes et en librairies spécialisées (friandes de produits dérivés), il ne lui reste plus en stock que des bouteilles signées par André Juillard (sur les deux versions) et des des magnums dont les étiquettes ont été rehaussées par des dessins de Vince (rendant chaque flacon unique). Parmi les étiquettes de vins signées par un dessinateur de BD, on trouve actuellement de tout, des vins de négoce servant de simple support collector (comme la cuvée des 20 ans de Blacksad par Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido) à la librairie copropriétaire de vignes demandant à un auteur sa représentation de l'album ayant marqué le millésime (Krazy Kat à Bordeaux, avec le château Réaut).

Développement

Responsable technique pour le château de Gaude à Aix-en-Provence, Pierre-Marie Segalen mène en parallèle son projet de négociant-vinificateur, avec un mini-chai pour recevoir raisins et moûts. Ses cuvées BD représentent une part réduite de sa gamme, avec 1 500 bouteilles produites l’an passé. Il vise la commercialisation de 6 à 8 000 cols l’an prochain. « Le développement parfait serait d’installer nos marques, augmenter la production et pouvoir acheter des terres » conclut Pierre-Marie Segalen.

 

Gros plan sur les étiquettes signées par Bastien Vivès.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé