Accueil / Politique / Le programme de Nicolas Dupont-Aignan pour les vins de France

Présidentielles 2022
Le programme de Nicolas Dupont-Aignan pour les vins de France

À l’approche des élections présidentielles (les dimanches 10 et 24 avril), Vitisphere interroge tous les candidats en lice sur les grands axes de leur politique viticole. Deuxième échange avec le député de l’Essonne qui préside le parti Debout la France.
Par Alexandre Abellan Le 21 mars 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le programme de Nicolas Dupont-Aignan pour les vins de France
« Choisir la liberté » est le slogan de campagne de Nicolas Dupont-Aignan pour les élections présidentielles. - crédit photo : DR
C
omment définiriez-vous votre relation personnelle au vin ? Quelle en est votre vision : une boisson conviviale et patrimoniale ou un atout économique et symbolique pour la France ?

Nicolas Dupont-Aignan : Fils d’un représentant en vin, et ayant moi-même, lorsque j’étais étudiant, travaillé à la promotion des vins français à New-York, j’ai appris depuis le plus jeune âge que le vin n’était pas seulement une boisson, mais aussi un élément de convivialité et de patrimoine, incarnant la France et participant de son rayonnement à l’étranger pour la qualité de ses cépages et pour son savoir-faire ancestral.

 

La dénormalisation de la consommation d’alcool en général, et de vin en particulier, revient dans de nombreux projets de santé publique. À la présidence, quelle serait votre politique en la matière : promotion de la consommation avec modération ou renforcement des protections contre les consommations excessives ?

Président de la République, j’aurais une position équilibrée qui conjugue préservation de la santé publique et soutien à la production viticole française. A cet effet, il n’y a pas d’opposition entre la promotion de la consommation de vin avec modération et la lutte farouche contre l’alcoolisme, en particulier chez les jeunes.

 

Le vignoble s’empare de la transition agroécologique : souhaitez-vous accompagner le vignoble à son rythme (aides aux certifications, à la réduction des intrants, compensation des Zones de Non Traitement, ZNT…) ou aller plus vite (interdire certaines pratiques, réduire les matières actives, augmenter les ZNT…) ? Face au dérèglement climatique, quelle serait votre politique de soutien (assurance récolte, mises en réserve…) ?

Tout ce qui est excessif est insignifiant, il faut accompagner la filière viticole dans la transition agroécologique, par des mesures de soutien financier. De plus, je propose de revaloriser de 30 % l’aide à la conversion à l’agriculture biologique.

  Avec le changement massif de génération à venir se pose la question de la fiscalité de la transmission familiale des biens viticoles : quelle serait votre réponse ? Comment voyez-vous le vignoble français à la fin de votre mandat, en 2027 ?

Les acquisitions foncières à prix d’or (notamment les vignobles) par des multinationales en particulier chinoises, se multiplient sans que les pouvoirs publics se donne les moyens de réagir. Pour mettre fin à ce saccage d’un de nos atouts les plus précieux. Il est impératif d’alléger la fiscalité de la transmission familiale des biens viticoles. Je propose que les successions soient exonérées à hauteur de 90 % (75 % actuellement) de façon à maintenir les entreprises dans le giron familial. Par ailleurs, un patrimoine viticole n’est pas seulement une entreprise, c’est aussi des terres qu’il faut préserver de la vente à des puissances étrangères en se donnant les moyens juridiques de bloquer les transactions.

 

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé