Accueil / Viticulture / Convertir les vignobles au bio triple leur consommation de cuivre

Rapport Anses
Convertir les vignobles au bio triple leur consommation de cuivre

L’Anses estime que la conversion en agriculture biologique d’environ 6 % du vignoble pour atteindre l’objectif de 15 % des surfaces prévues par le programme "Ambition 2022" du gouvernement augmenterait de 14% la quantité de cuivre utilisée en 2016.
Par Marion Bazireau Le 21 mars 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Convertir les vignobles au bio triple leur consommation de cuivre
Tous modes de culture confondus, l’Alsace et la Champagne sont les bassins viticoles dans lesquels les doses de cuivre les plus élevées ont été apportées en 2016. - crédit photo : Agence Bio
D

ans son rapport d’appui scientifique et technique sur le cuivre publié ce 17 mars, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) révèle que, sur les 957 tonnes de cuivre métal utilisé par les vignerons en 2016, 174 tonnes ont été appliquées dans des parcelles cultivées en bio (18%). 

D’après la dernière enquête « Pratiques Culturales et Pratiques Phytosanitaires en viticulture », la quantité moyenne de cuivre apportée par hectare et par campagne est 2 à 3 fois plus élevée en agriculture biologique qu’en agriculture conventionnelle, avec un nombre de traitements sur une même parcelle 3 fois plus élevé.

Par conséquent, « la conversion en agriculture biologique d’environ 6 % du vignoble pour atteindre l’objectif de 15 % des surfaces prévues par le programme « Ambition 2022 » entrainerait une augmentation de la quantité de cuivre utilisée d’environ 138,49 t par campagne de production soit environ 14 % de plus par rapport à 2016 ».

En 2016, la part des surfaces concernées par l’utilisation du cuivre est d’environ 98 % en viticulture biologique et de 85 % en viticulture conventionnelle.

Moins de cuivre dans les Pyrénées-Orientales et en Corse

En bio, le cuivre est appliqué sur la quasi-totalité des surfaces en vigne de l’ensemble des bassins viticoles, sauf dans les Pyrénées-Orientales, où la part des surfaces concernées par l’utilisation du cuivre est estimée à environ à 85 %.

En conventionnel, le Gers est le bassin viticole dans lequel la plus faible part des surfaces en vigne a été traitée au cuivre. « Seulement environ 20 % des surfaces en vigne de ce bassin viticole sont concernées par des applications du cuivre en 2016 contre une moyenne allant de 68 % dans le Lot-et-Garonne à quasi 100 % dans l’Alsace pour cette même année ».

Tous modes de culture confondus, l’Alsace et la Champagne sont les bassins viticoles dans lesquels les doses de cuivre les plus élevées ont été apportées en 2016 (1,94 kg/ha et 1,93 kg/ha). En moyenne, 5 traitements y sont réalisés par campagne contre seulement 2 dans des bassins viticoles comme la Corse.

En 2013, lors de la précédente enquête, la Bourgogne et les Côtes-du-Rhône Nord étaient les bassins viticoles qui utilisaient le cuivre à plus forte dose cumulée.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (8)
destartine Le 25 mars 2022 à 19:08:47
La culture viticole intensive tue des gens, utilise énormément de pesticides. Mais vous préférez parler du cuivre. La propagande du lobby anti-agriculture bio fait rage depuis quelque temps. Et ça semble payer, puisque les ventes de bio ont baissé...
Signaler ce contenu comme inapproprié
vig-mic Le 24 mars 2022 à 08:19:09
Le cuivre étant lessivable, les années de mildiou entrainent un nombre important de passage avec le tracteur, sans être sur de sauver la récolte. Bonjour le bilan carbone de l'agriculture BIO!
Signaler ce contenu comme inapproprié
E Deschamps Le 22 mars 2022 à 09:03:14
Alors que la bio a été présentée comme « sans pesticides » pendant des années, on apprend qu?en fait elle utilise en très grande quantité un des pesticides les plus toxiques pour l?environnement, et qui n?est pas biodégradable ! On nous aurait menti ? Et quels sont les autres mensonges de la bio ?
Signaler ce contenu comme inapproprié
vvdb Le 22 mars 2022 à 08:12:46
Savez vous que certains hôpitaux ont mis des poignées de porte en cuivre, des mains courantes en cuivre.... C'est tout simplement parce que les microbes (fonges, bactéries, virus) meurent très vite. Vous irez leurs dire à ces microbes que c'est un oligoéléments nécessaire à la vie ... Et votre mildiou (un être vivant), qu'en pense-t-il ? Il y a un contexte, ne généralisez une vérité.
Signaler ce contenu comme inapproprié
vvdb.fr Le 22 mars 2022 à 08:03:22
A-t-on regardé la diversité des microbes dans le sol ? A mon avis, vu que le cuivre est systémique, il doit tout tuer... C'est tout sauf écolo !
Signaler ce contenu comme inapproprié
DAVXMEN Le 21 mars 2022 à 19:18:29
Je trouve très constructif d?avoir deux avis contrastés. Il est évident que pour un amateur tel que moi, qui construit mon palais et ma culture du vin, je souhaite comme beaucoup être vigilant avec les quelques bouteilles que je peux ouvrir sur une semaine par exemple. Avoir une visibilité sur les intrants me semble justifier et pousse tout le monde dans la bonne direction. À la décharge de beaucoup de viticulteurs, nous n?avons pas tous l?expérience ou la connaissance sur la globalité de certain sujet. Je suis heureux d?avoir de bonne informations sur l?utilisation du cuivre. J?espère tout de même sincèrement que des solutions viables et respectant la nature, pour les viticulteurs seront trouvées (et par conséquent le consommateur).
Signaler ce contenu comme inapproprié
Sylvain Le 21 mars 2022 à 18:33:33
Pour rappel: le cuivre est un oligoélément nécessaire a la vie. A l'heure actuelle les quantité autorisées en bio: 4 kg/ha de cuivre métal par an lissable sur 7 ans ne sont absolument pas problématiques pour les sols, la flore et la faune. Il y a 30 ans les viticulteurs mettaient en un traitement ce que l'on met maintenant en 1 an. En bio, le fait de gérer les sols sans herbicides, de les travailler et/ ou de les laisser enherbés augmente le taux de matières organiques, ce qui séquestre le cuivre et le rend biodisponibie pour les êtres vivants qui en ont besoin. Les sols viticoles qui ont des problématiques de toxicité au cuivre sont des sols historiquement en vigne depuis le 19 ème siècle qui ont été matraqués en cuivre depuis 150 ans avec des doses qui nous paraîtraient invraisemblables aujourd'hui. Ces parcelles sont le plus souvent en conventionnel. Il faut bien dire que souvent les produits conventionnels contiennent une partie de cuivre et que jusqu,il y a 2 ans les viticulteurs conventionnels contrairement aux bios n'avait aucun compte à rendre sur les quantités de cuivre épandues. Seule molécule multisite sans résistance pour la lutte contre le mildiou, elle est autant utilisée par les conventionnels que par les bio mais de manière bien moins raisonnée. Les grands lobbys de l'agrochimie ont encore de beaux jours devant eux en faisant tout pour convaincre le grand public que le cuivre est dangereux mais que leur super molécule miracle ne l'est pas: ni mutagene, ni neurotoxique, ni cancérigène... On peut la boire au petit dej .. demandez aux enfants medocains ( étude des cheveux des enfants de maternelles a Listrac-medoc). Aucun viticulteur bio n'utilise le cuivre par gaité de coeur, nous savons également que ce n'est pas une ressource infinie et que nous devons trouver des alternatives, seulement, la recherche actuelle nous aide pas beaucoup, et préfère trouver une nouvelle molécule miracle issue de la pétrochimie qu ils pourront vendre à prix d'or... Je suis du métier et connait bien les tenants et les aboutissants alors par pitié monsieur Michel 17, ne faites pas de commentaires a l'emporte pièce sans arguments ni justifications. Bien a vous
Signaler ce contenu comme inapproprié
Michel17 Le 21 mars 2022 à 12:00:03
Et la parle que du cuivre La bio une grosse fumisterie
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé