Accueil / Viticulture / Où en sont les alternatives au cuivre au vignoble ?
Où en sont les alternatives au cuivre au vignoble ?
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Webinaire en replay
Où en sont les alternatives au cuivre au vignoble ?

Lors d’un webinaire organisé en partenariat avec Vitisphere, deux experts de l’Institut Français de la Vigne et du Vin ont fait le point sur l’efficacité des solutions de biocontrôle contre le mildiou et donné aux viticulteurs de nouvelles perspectives de lutte, en remplacement du cuivre.
Par Marion Bazireau Le 04 février 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Où en sont les alternatives au cuivre au vignoble ?
Audrey Petit et Nicolas Aveline, des pôles Occitanie et Bordeaux Aquitaine de l'IFV, ont répondu aux nombreuses questions des viticulteurs. - crédit photo : DR
L

es viticulteurs ont commencé à utiliser la bouillie bordelaise pour lutter contre le mildiou, arrivé au vignoble 5 ans plus tôt dès 1883. « La longévité de l’utilisation du cuivre est liée à son action multisite, rendant peu probable l’apparition de résistances » a expliqué Audrey Petit, ingénieure à l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) Occitanie, lors d’un webinaire organisé en partenariat avec Vitisphere ce 2 février.

Revers de la médaille, étant un produit de contact, il n’est efficace que sur les feuilles ou grappes présentes au moment de la pulvérisation, et il est facilement lessivable. « Ponctuellement, le cuivre peut s’avérer phytotoxique et générer une mortalité importante à la plantation dans les sols où il est présent en trop grande quantité » a poursuivi Audrey Petit, rappelant également que des études sont en cours pour évoluer son impact sur l’environnement.

Disparition probable du lissage

« Ces mauvais côtés en font une matière active très encadrée et candidate à la substitution en Europe. En France, à côté des produits déjà désormais concernés par la mention Spe1, on s’attend à voir disparaître le lissage et apparaître un plafond à 4 kg/ha/an de cuivre, en plus de disparités sur le nombre d’applications possibles, une ZNT aquatique à 20 mètres et une DSR à 10 mètres » a listé l’ingénieure.

Face à cette situation, l’IFV et d’autres organismes techniques ont recherché des solutions alternatives. « En bio on a des produits de biocontrôle, des microorganismes et des substances de base. En conventionnel, les viticulteurs peuvent en plus utiliser les phosphonates à action systémique, l’Etonan, Tenrok, ou Redeli » a illustré Audrey Petit.

Romeo, Limocide, Bastid, LBG… L’IFV a multiplié les essais dans différentes régions et pendant plusieurs millésimes, avec de bons résultats sur les phosphites et huiles essentielles d’orange douce appliqués en préventif. Au vignoble, les produits type PNPP et extraits de plante sont fragiles et perdent l’efficacité qu’ils peuvent avoir au laboratoire.

L’idée de remplacer le cuivre est trop simpliste

« A ce jour, l’idée de remplacer le cuivre est trop simpliste, mais on peut optimiser son utilisation, ne traiter que lorsque c’est nécessaire en réduisant les doses, à l’aide d’outils d’aide à la décision tels que Decitrait » a conclu Audrey Petit, cédant la parole à Nicolas Aveline, ingénieur pour le pôle Bordeaux-Aquitaine de l’IFV.

Dans ses essais en 2021, complémenter le cuivre avec des produits de biocontrôle tel que Pur’Mel 4, un mélange de purin de 4 plantes a parfois légèrement permis de limiter les dégâts de mildiou, « sans différences significatives » a-t-il nuancé, avant d’évoquer les travaux en cours sur des produits de biocontrôle seconde génération, tels que les polyphénols, les micro-algues, les lysats d’amibes, ou les peptides antimicrobiens.

« On peut aussi jouer sur la prophylaxie, en ramassant les feuilles tombées à l’automne, ou miser sur des solutions physiques, tels que les UV ou Viti-Tunnel ».

Visionnez l'ensemble de ce webinaire ci-dessous.

 

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.
Lire la vidéo

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
riglet Le 08 février 2022 à 17:18:04
Bonjour tout d'abord merci de ce webinaire bien animé questions pas un viticulteur n intervient en lutte contre le mildiou seul souvent il associe avec la lutte contre l?oïdium mélange cu et soufre Comment avoir une bonne efficacité et quel mélange peut on faire avec des biostimulants seuls ou en association Je vous remercie Cordialement
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé