Accueil / Viticulture / La Taille Rase de Précision emballe les vignerons de Bordeaux

Baisse des coûts
La Taille Rase de Précision emballe les vignerons de Bordeaux

Succès fou pour la démonstration de taille rase de précision ce 3 mars à Mauriac. Nombre de viticulteurs cèdent ou sont prêts à céder aux sirènes de cette taille mécanisée, réputée plus rentable pour l'exploitation.
Par Vincent Gobert Le 08 mars 2022
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La Taille Rase de Précision emballe les vignerons de Bordeaux
Des dizaines de viticulteurs sont venus assister à la démonstration de d'outils de taille rase de précision ce jeudi 3 mars 2022 à Mauriac, en Gironde. La première machine à passer a été celle de Provitis, ici en photo. C'est aussi celle qui a montré le meilleur résultat. - crédit photo : Vincent Gobert
Q

ui l'eu cru ? La Taille Rase de Précision (TRP) a ses premiers adeptes dans le vignoble bordelais. Et ce n'est peut-être que le début de l'histoire. Ce jeudi 3 mars, des dizaines de viticulteurs ont répondu à l'invitation de la Chambre d'Agricultture de Gironde pour assister à une démonstration de 4 machines de TRP à Mauriac, celles de Provitis, Ferrand et Pellenc sur tracteur et sur Optimum. Certains sont venus voir les outils et le rendu par curiosité. D'autres veulent s'engager.

"J'ai déjà demandé des devis, partage Axel Schuster de Ballwil, à la tête des 140 ha du domaine éponyme. La TRP Pellenc m'intéresse particulièrement car j'ai déjà le porteur avec bras multifonction. C'est essentiellement pour des raisons économiques que je veux passer le pas, pour la production destinée à la cave coopérative. Je produit en appelation Bordeaux, Bordeaux Supérieur, et en Entre-deux-mers, en coopérative et au chai. Mais les marchés sont catastrophiques. J'ai calculé qu'avec la TRP, en utilisant moins de main d'oeuvre pour la taille, le levage, je peux avoir un gain de 900 €/ha. Je ne ferai plus appel au prestataire. Donc j'ai commencé à préparer mes vignes. On est en train de plier à plat pour des passages de TRP l'année prochaine. Le palissage devrait lui être assez solide, je ne prévois pas de changement".

Axel Schuster de Ballwil est venu voir à l'oeuvre les 4 modèles de TRP à l'essai sur une parcelle des vignobles Yon, à Mauriac (33).

Deux équipes de tailleurs supprimées

A un stade plus précoce de la réflexion, mais avec la même motivation, Quentin Montariol écoute attentivement les conseils et regarde avec intérêt les machines évoluer. "Pour les 120 ha des châteaux du Bois Chantant en Bordeaux supérieur et Bois Perthuis en Bordeaux, on fait intervenir 2 équipes de tailleurs décrit-il. Ce sont 15 à 20 personnes en tout dans la saison, en plus des salariés des domaines. L'idée est d'envisager de supprimer ces équipes et de réaliser la taille uniquement par les moyens internes, à 9 personnes, en recourant à la TRP". Quentin Montariol ne sait pas encore si la machine sera achetée ou s'il faudra passer par un prestataire. Les vignes sont taillées en guyot simple, double et en cordon. Il y a un travail de préparation à prévoir. Le palissage semble assez solide. Autre intérêt de la méthode TRP aux yeux de Quentin Montariol, la diminution du risque de gel. "Il y a des endroits gélifs pour lequels on pourrait essayer de passer plus tard en TRP", de manière à avoir moins de dégâts.

Quentin Montariol s'avance vers la TRP portée avant de Pellenc.

Personnel difficile à trouver

Avec un vignoble plus modeste, la famille Bras de Meilhan-sur-Garonne est aussi tentée par la TRP. "Je vais bientôt être seul sur 36 ha, explique Frédéric, représentant la dernière génération. Nous cultivons 30 ha en côtes du Marmandais et 6 ha en IGP. Et le personnel est difficile à trouver. Le gel est aussi une problématique car nous avons perdu un tiers de la récolte l'an dernier. La TRP pourrait donc palier aux difficultés. Nous avons déjà un mât Ferrand, des fils costauds, une taille en guyot simple qui ne sera pas compliquée à adapter. Cette année, on plie à plat. L'an prochain, nous espérons recevoir des démonstrations voire déjà avoir une machine, avec suivi automatique du cordon si possible, mais cette option est chère". 

"On attache tout à plat cette année, partagent aussi les trois gérations Lechon, producteurs de Bordeaux à Saint-Avit Saint Nazaire. On va basculer 15 ha en IGP sur nos 30, et tailler en TRP la totalité si possible. Le prix du vrac, les coûts de production avec deux tailleurs, le gel nous poussent dans cette direction. Par sécurité et précision, on aimerait une machine qui dispose du suivi automatique du cordon. Au final ca serait de la taille, du tirage de bois et de l'attache en moins. Si on n'a pas investi dans un outil de TRP l'an prochain à mettre sur notre Same Frutteto CVT S, on cherchera quelqu'un qui puisse nous le faire". 

Frédéric Bras et son père sont venus du Marmandais pour voir les TRP à l'oeuvre. 

 

La taille mécanique ne supprime pas les opérations manuelles

Pas de bras, pas de taille rase. Organisatrice de l'après-midi de démonstration de TRP ce jeudi 4 mars à Mauriac, la chambre d'agriculture de Gironde fait un focus sur les préalables indispensables pour mettre en place la TRP. Le principe de base est simple : pas de taille mécanique sans reprise manuelle ! Mais avant cela, il faut bien sélectionner les parcelles que l'on bascule en TRP : cordon rectiligne, terrain plat et longs rangs sont idéaux pour une meilleure qualité de taille et moins de reprise manuelle. Il faut des longueurs de coursons les plus réguliers possibles et le palissage le plus rigide possible. En outre, il faut enlever les tuteurs métalliques qui dépassent le fil porteur, préférer les tuteurs bambous ou plastiques. Sur guyot, passer en cordon unilatéral. 

Le bras unilatéral doit aller jusqu'au début de l'autre bras, conseille la chambre d'agriculture. Il doit être attaché au lien plaqtique sur le bras suivant. Le bras doit être enroulé sur le fil afin d'être très rectiligne et très rigide. La zone de courbure doit être longue. Il faut alterer le sens des cordons d'une rangée sur l'autre. Niveau solidité du palissage, la chambre recommande des amarres pour des charges importantes, des piquets renforcés, du fil torsadé d'au moins 3,4 mm, un espacement entre piquets de 5 m. 

Surtout, il ne faut pas négliger le temps de reprise manuelle, 12 à 20 h/ha. L'économie de main d'oeuvre est de l'ordre de 30 h/ha selon la reprise manuelle. Attention aussi la TRP peut occasionner trop de bourgeons par rapport au cahier des charges d'appelation. Une taille manuelle est alors indispensable pour les limiter.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (5)
vig-mic Le 11 mars 2022 à 17:00:44
Au bout de 2 à 3 récoltes les rendements se stabilisent à + 10%. La maturité est à peine décalé de quelques jours. Il y a plus de grappes petites avec des grains plus petit. Peu de différences aux dégustations à l'aveugles. Compter 2 ha par jour dans le 2.25 + 12 h/ha de reprise de taille. Donc 16 h pour tailler 1 ha. Pas besoin de MO qualifié pour la repasse. Pas de problème de maladie du à cette taille. Du fait de peu de plaies, moins de maladie du bois. Au final réduction conséquente des coût sur le poste le plus élevé, la taille.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Jac Le 09 mars 2022 à 18:26:03
Quelle qualite du raisin prod elevee sucrosite plus basse , maladies (densite foliaire) , gestion du pied au bout de 5 ans de cette taille, bon pour ceux qui font pisser les vignes
Signaler ce contenu comme inapproprié
vig-mic Le 09 mars 2022 à 07:59:30
Pratiquant la TRP avec la Pellenc depuis 12 ans, je préconise l'achat d'une machine avec vision. Cela permet de pouvoir faire de grosses journées sans fatigue, de travailler face au soleil couchant ou levant, par temps sombre, de nuit, sous la pluie et tout en faisant un travail régulier. Je ne suis pas actionnaire chez Pellenc!!! Vu le coût plus élevé, ce matériel peut être acheté à plusieurs. Prévoir aiguisage des scies tous les jours.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Bruno33 Le 09 mars 2022 à 07:57:00
Plus de boulot pour les tailleurs faut plus boire de vin si ils se mettent à ça toujours le profil une honte c'est riche viticulteur !!
Signaler ce contenu comme inapproprié
Mic Le 08 mars 2022 à 17:41:21
Pour raser, tailler ils savent faire, plus un arbre plus que des vignes sans vie
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé