Accueil / Commerce/Gestion / Vita Bourgogne passe le cap des 1 000 offres d’emploi

Recrutement
Vita Bourgogne passe le cap des 1 000 offres d’emploi

Un an et demi après son lancement, le "Pole Emploi" de la filière viticole bourguignonne annonce des résultats encourageants et dévoile quelques pistes d’amélioration.
Par Clément L’Hôte Le 17 février 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Vita Bourgogne passe le cap des 1 000 offres d’emploi
Décalée, la campagne de communication de Vita Bourgogne compte susciter un nouveau regard sur les métiers du vignoble bourguignon. - crédit photo : DR
1

000 offres et 6 000 candidatures. Vita Bourgogne, programme dédié à l’emploi viticole bourguignon, gagne en crédibilité auprès de la filière depuis son lancement en septembre 2020. Mené par les interprofessions [lire encadré], ce projet s’articule autour d’un site internet (avec offres d’emploi et de formation), de rencontres organisées entre employeurs et potentiels candidats, ainsi que d’une campagne de communication sur les métiers du vin dans les médias locaux.

Des chiffres « en ligne avec nos attentes et nos calculs », se réjouit Laure-Anne Godek, coordinatrice du programme Vita Bourgogne. « Sur ces 1 000 offres, au moins 375 ont été pourvues via Vita Bourgogne. C’est probablement beaucoup plus, même s’il est difficile d’avoir un retour précis sur les embauches. En tout cas, 86 % des employeurs ayant publié une offre se disent satisfaits par le site. »

Du côté des postes à pourvoir, les derniers chiffres confirment aussi les prévisions. « Le trio de tête se compose des salariés viticoles, des cavistes et des tractoristes, tous niveaux de responsabilité confondus. On note aussi une forte recherche de polyvalence, du côté des employeurs comme des candidats.»

C’est le contact direct qui marche le mieux

L’objectif désormais : faire de Vita Bourgogne la référence de l’emploi dans une filière en proie au manque de main-d’œuvre. Pour y parvenir, Laure Anne Godek suggère quelques pistes d’amélioration. « Nous souhaitons intensifier notre activité relationnelle. Pour aller chercher des candidats, c’est le contact direct qui marche le mieux. Nous allons mettre l’accent sur les rencontres avec les collégiens et les lycéens, la mission locale, pole emploi ou défense mobilité [les retraités de l’armée, ndlr]. »

Des formations pour les employeurs devraient aussi voir le jour.  Les thèmes : «la gestion des équipes, la fidélisation des salariés, ou encore la rédaction d’offres attractives… C’est important, car nous ne sommes pas tous des recruteurs ».

 

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.
Lire la vidéo

Union interprofessionnelle

Piloté par la viticulture (CAVB) et le négoce (UMVGB) bourguignons, le programme Vita Bourgogne est financé à 50 % par ces interprofessions, à 40 % par le fond social européen et à 10 % par la région. Depuis le lancement en septembre 2020, le budget des actions Vita Bourgogne est estimé à 500 000€, dont une grande part dédiée à la communication.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé