Accueil / Viticulture / Deux viticulteurs inventent l'intercep Krab pour désherber sous les rangs de vigne

Machinisme
Deux viticulteurs inventent l'intercep Krab pour désherber sous les rangs de vigne

Viticulteurs en Côte roannaise, les frères Vial ont inventé un outil de désherbage mécanique des rangs, simple et à toute épreuve.
Par Vincent Gobert Le 04 février 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
 Deux viticulteurs inventent l'intercep Krab pour désherber sous les rangs de vigne
Le Krab est un outil original, simple et léger, destiné au désherbage mécanique des rangs de vigne. Il a été inventé par Philippe et Jean-Marie Vial, viticulteurs à Saint-André-d'Apchon dans la Loire - crédit photo : Philippe et Jean-Marie Vial
«

 N’ayez plus peur de l’herbe, le Krab est herbivore. » C’est avec humour que Philippe et Jean-Marie Vial présentent leur bébé version enjambeur sur Facebook. À Saint-André-d’Apchon, dans la Loire, ces deux frères ont mis au point un outil original, simple et léger, destiné au désherbage mécanique des rangs. Une preuve, s’il en fallait une, qu’on n’a pas encore tout inventé en la matière.

Appelée « Crabe » ou « Krab », leur invention est une sorte de herse accrochée par un jeu de chaînes à un porte-outil horizontal. Le résultat est impressionnant, tant avec l'un de ces outils monté derrière un chenillard pour nettoyer deux demi-rangs, qu’avec deux Krab fixés sur enjambeur afin de travailler un rang complet et deux demi-rangs. Pas une herbe ne leur résiste.

Un outil facile à monter

« Nos 10 ha sont plantés à 1,10 m et 1,30 m entre les rangs, décrit Philippe Vial. Nous les travaillons avec un enjambeur trois roues Lauprêtre LTH 140. Jusqu’à maintenant, nous utilisions de vieux interceps mécaniques à lames Boisselet, à parallélogramme et ressort. Mais en dévers, les lames travaillent trop profondément d’un côté et pas assez de l’autre. Nous n’utilisons pas d’interceps hydrauliques car ils sont lourds et trop compliqués à régler. De plus, ils sont coûteux, énergivores et pas plus adaptés aux vignes en dévers que les mécaniques, d’après nos voisins qui en utilisent. À la place des lames, nous voulions aussi un outil plus facile à monter. Alors nous nous sommes creusé la tête. »

C’est du côté des grandes cultures que Philippe et Jean-Marie Vial ont trouvé l’inspiration. « Nous sommes partis du principe de la herse agricole pendulaire, suspendue à des chaînes, et l’avons adapté au travail des vignes. »

Une fois l’idée en tête, les frères Vial se sont lancés. « Pendant des mois, nous avons travaillé sur cet outil, confie Philippe. Nous avons réemployé une poutre Balligand pour en faire le porte-outil, récupéré l’échelle d’attelage d’un vieux tracteur et les cure-ceps d’une décavaillonneuse Souslikoff. En bref, que du réemploi ; ça ne nous a rien coûté, juste le temps passé à démonter, à meuler, à souder. »

A l'arrière des cure-ceps finissent le travail

Le résultat est simple. « Nous l’avons appelé Krab, parce qu’il marche en crabe », raconte Philippe Vial avec dérision. Il est vrai qu’il semble avancer de travers lorsqu’il est terré et qu’il désherbe. Le cadre en forme de trapèze isocèle, avec l’avant de 5 à 6 cm plus étroit que l’arrière, lui permet d'entrer dans les interlignes sans heurter les ceps. À l’avant toujours, l'appareil porte des glissières se terminant en arc de cercle, qui le font se déporter au passage des ceps sans les abîmer. Quatre griffes sont fixées sous le cadre, deux de part et d’autre ; celles situées à l’avant sont plus proches de la ligne des souches et plus petites que celles à l’arrière, ce qui évite au Krab de piquer du nez. À l’arrière, des cure-ceps finissent le travail. L’outil nettoie ainsi 15 cm de large de part et d’autre des rangs, en progressant à 5 km/h.

« La chaîne frontale tire l’outil, précise Philippe Vial. Au travail, elle est tendue, alors que les quatre autres chaînes, qui tiennent les côtés, ne le sont pas. Cela permet au Krab de se déplacer vers la droite ou vers la gauche. Et ainsi de passer au ras du cep. Le débattement et la correction de dévers se règlent au moyen de ces quatre chaînes. En ce qui concerne le changement de la largeur travaillée, nous avons fait simple : en desserrant une vis, on fait coulisser la poutre qui supporte les dents, afin de passer de 1,10 m à 1,30 m, et inversement. »

 

6.jpg

Philippe (premier plan) et Jean-Marie Vial, les inventeurs du Krab

Une version chenillard et une version enjambeur

Après une première version destinée aux chenillard fabriquée au printemps dernier, les frères Vial ont finalisé la version enjambeur à l’automne. Avec des ajustements. « Nous avons ajouté 20 kg à l’arrière du Krab pour le stabiliser. Au total, il pèse environ 50 kg, ce qui reste maniable. »

Les vignerons ont également rallongé les glissières qui garnissent le cadre de part et d’autre. Ils se sont en effet aperçus qu’elles devaient toujours être en contact avec deux ceps successifs pour que le Krab se guide seul le long de la ligne des souches. A présent, il mesure 95 cm de long.

"Le Krab nécessite peu d'attention"

Ne disposant que d’un enjambeur, les frères Vial veulent aussi combiner leur outil avec une rogneuse, une prétailleuse voire une effeuilleuse. « C’est compatible en termes de vitesses d’avancement. C’est faisable avec notre enjambeur car on peut atteler le Krab devant ou sur des effaces-traces. C’est jouable pour le chauffeur car le Krab nécessite peu d’attention. Je le surveille depuis l’écran en cabine. J’ai une caméra pour voir comment ça se passe.» Verdict lors des prochains travaux « herbivores » !

 

Des vendanges à ski

Jean-Marie et Philippe Vial chaussent régulièrement les skis, mais ce n’est pas pour dévaler leurs coteaux roannais lorsqu’ils sont enneigés. C’est pour rentrer leur vendange. « Nous avons 22 bacs à vendange, détaille Philippe Vial. En haut des pentes, nous les plaçons dans des cadres en bois dotés de skis. » Qui ressemblent à de petits traîneaux. « Les vendangeurs remplissent les bacs et les poussent pour descendre les pentes. Ils n’ont même pas à les guider car les cadres sont à la largeur des vignes. S’il le faut, les spatules tapent légèrement les pieds et les cadres se remettent dans le rang. Une fois en bas de la parcelle, on retire les bacs et on les vide. On empile les bacs et les cadres et on remonte tout cela avec un chenillard. Même dans les pentes à 30 %, les bacs ne filent pas. » Des vendanges presque tout schuss !

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (2)
Flo Le 06 février 2022 à 22:30:24
Ça donne envie, j'aimerais que mon patron investisse !!!
Signaler ce contenu comme inapproprié
Philippe Le 05 février 2022 à 16:35:26
Bonjour Est ce que je pourrais avoir les coordonnées des freres VIAL svp. Merci
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé