Accueil / Commerce/Gestion / Rebond des vins rouges en vrac en côtes du Rhône rouge
Rebond des vins rouges en vrac en côtes du Rhône rouge
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Campagne 2021-2022
Rebond des vins rouges en vrac en côtes du Rhône rouge

Inter Rhône enregistre une hausse des volumes de vins rouges d'AOP contractualisés pour le millésime 2021. La dynamique sur les blancs est spectaculaire
Par Olivier Bazalge Le 24 janvier 2022
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Rebond des vins rouges en vrac en côtes du Rhône rouge
- crédit photo : Inter Rhône
A

vec 2,7 millions hl (Mhl) de vins produits sur le millésime 2021 en vallée du Rhône, le vignoble enregistre « une petite récolte, la 2ème plus faible après 2017 » note Philippe Pellaton, le président de l'Interprofession des Vins du Rhône (Inter Rhône).

Ce chiffre correspond à une baisse globale de volume de 4 à 5 % par rapport à 2020 sur le bassin rhodanien, concernant essentiellement les rouges. Certains secteurs (Côte-rôtie, Vacqueyras, Ventoux-Luberon) ont pourtant été fortement touchés par le gel printanier.

Rebond sur les rouges

« Les volumes de rosés et de blancs devraient être au niveau des attentes », observe Serge Vial, président du syndicat des courtiers en vins & spiritueux de la vallée du Rhône.

Les bases de prix de ce début de campagne sont plutôt bonnes pour les côtes du Rhône rouges, « avec une moyenne des transactions à 154 €/hl pour le millésime 2021, contre 147 €/hl à la même période l’an dernier », valide Philippe Pellaton, « avec un rebond conséquent sur ce marché des côtes du Rhône rouges 2021, où +15 % des volumes ont été contractualisés par rapport à la même période l’an dernier ».

L’interprofession rhodanienne constate une même progression de 4 à 5 % sur les prix des Costières de Nîmes rouge (124€ /hl) ou les côtes du Ventoux rosés (144€/hl). Philippe Pellaton y voit « une forme d’appétence des marchés, entraînant ce raffermissement des prix ».

Serge Vial observe pourtant « une mise en route plus difficile du marché en début d’année, car les réservations de fin 2021 se sont prioritairement faites sur les réserves qualitatives et les bons cœurs de gamme. Les acheteurs s’assurent des meilleures qualités ». Les sorties destinées à l’export se portent bien mais pour le courtier, les achats du marché national ne commencent réellement qu’avec ce début d’année. Il craint même un tassement de l’activité à cause de stocks encore importants et de mesures sanitaires peu favorables à la reprise de la consommation.

Des blancs très dynamiques

Philippe Pellaton y voit au contraire des signaux encourageants, estimant « que les niveaux de stocks, inférieurs à un an, sont équilibrés compte tenu des difficultés commerciales depuis le début de la pandémie. La reprise des flux CHR et GD devrait se raffermir en 2022, avec une situation moins dégradée ».

Il souligne également la belle dynamique des côtes du Rhône blancs, dont le volume de transaction progresse fortement chaque année. 50 000 hl ont déjà été contractualisés sur les 85 000 hl qu’a produit le millésime 2021, pour un cours moyen de 178 €/hl (contre 163 €/hl l’an passé), soit une progression des transactions de +58 % par rapport à la moyenne quinquennale. « La stratégie d’identification et d’émergence de nos blancs porte ses fruits avec un accroissement des plantations. Ils sont bien rémunérés et le marché international et domestique en est friand. Les acheteurs cherchent donc à sécuriser leurs approvisionnements en contractualisant tôt », abonde le président d’Inter Rhône.

A contrario, le marché des rosés n'a pas encore vraiment démarré, avec des prix stables mais des contractualisations encore faibles.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente / Charente-Maritime / Deux-Sèvres ... - CDI
Côte-d'Or - Alternance/Apprentissage
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé