Accueil / Viticulture / De jeunes vignes éclatées par le gel, du jamais-vu

Question de taille
De jeunes vignes éclatées par le gel, du jamais-vu

Des bois de complants ont littéralement explosé pendant la saison après les gelées du printemps dernier, nécessitant de repartir à zéro au moment de la taille pour reformer un cep.
Par Alexandre Abellan Le 14 décembre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
De jeunes vignes éclatées par le gel, du jamais-vu
« Les jeunes pieds n’ayant pas effectué de mise en réserve ont pris cher » constate Massimo Giudici sur ce pied de cabernet sauvignon. - crédit photo : Massimo Giudici (Simonit & Sirch)
Ã

Écorces explosées et ceps craquelés sur des pieds de cabernet sauvignon, merlot et petit verdot. Cette vision de bois de vignes martyrisés par le gel de printemps est découverte cette fin d’automne par le maître-tailleur Massimo Giudici (Simonit & Sirch) dans des vignobles du Sud-Gironde (sur les communes de Barsac et Pujols). Sur des parcelles où les températures sont globalement tombées à -6°C en avril dernier, des pieds complantés de 2 à 4 ans montrent depuis des mois des écorces déchirées, comme éclatées, sur leurs jeunes ceps. N’ayant observé ces dégâts inhabituels que sur des complants isolés dans cette partie du vignoble de Bordeaux, Massimo Giudici se souvient avoir observé en Italie des plantiers touchés dans leur intégralité après le de 2017. « Il n’y a rien à faire » constate le tailleur, qui « décide de couper sur le bois de trois ans pour repartir ».

« Ça a éclaté. Ce n’est pas bon, il faut faire sauter » confirme le professeur de viticulture Alain Deloire (Montpellier Supagro). D’après les coupes réalisées (photo ci-dessous), l’expert note que « le gel de printemps a touché les cellules de cambium, les plus fragiles du bois (comme ce sont des cellules méristématiques). Pour avoir ces dégâts, la température a dû descendre à -8-12°C, à moins qu’il n’y ait eu des fragilisations du pied (comme des outils de travail du sol). »

C’est irrécupérable

Voyant pour la première fois de tels dégâts en France, le professeur souligne que le gel n’a pas nécrosé tout le cambium, permettant une production de phloème et d’écorce, mais pas de bois. « C’est trop abîmé, on ne peut pas le récupérer : 30 à 80 % de la conduction [de sève] est perdue, alors qu’il s’agit de jeunes vignes en installation. En continuant sur ce rameau, dans 5 à 10 ans la vigne est morte. Il faut receper en dessous de la zone éclatée. »

« On coupe le pied en espérant que ça reparte. Cela dépendra des cépages, mais on a espoir que cela se passe bien comme ce sont de jeunes pieds » conclut Massimo Giudici.

 

Coupe d'un cep à l'écorce éclatée, avec des nécroses visibles dans le cambium. Photo : Massimo Giudici (Simonit & Sirch).

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (3)
Mic Le 15 décembre 2021 à 09:10:41
Quel dommage,il gèle en France, sûrement une première, et l'été peut être chaud pas de bol, ou trop de pluie,pas assez, malgré tout un millésime exceptionnel..... Un peu mare d'entendre ça tout le temps.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Beber Le 14 décembre 2021 à 19:42:44
Vous avez oublié 1991 dans le Gers , le 20 et 21 Avril -7et -8 obligé de recépé
Signaler ce contenu comme inapproprié
Cqcvin Le 14 décembre 2021 à 14:43:46
"Voyant pour la première fois de tels dégâts en France, le professeur souligne que...." Bonjour, le professeur a-t-il oublié 1956? Arrêtons avec "c'est du jamais vu" "C'est la première fois que..." lorsque l'on creuse un peu, la réalité est tout autre.
Signaler ce contenu comme inapproprié

vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente - Alternance/Apprentissage
Seine-Saint-Denis - CDI
Ardèche / Drôme / Isère ... - CDI
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé