Accueil / Commerce/Gestion / Les contrats prix-faits sauvés dans le vignoble bordelais

Pour les adhérents FDSEA
Les contrats prix-faits sauvés dans le vignoble bordelais

Après de longues négociations syndicales, la filière des vins de Bordeaux réussit à maintenir son outil de paiement à la tâche en le modernisant pour qu'il rentre dans le cadre de la nouvelle convention collective nationale.
Par Alexandre Abellan Le 26 novembre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les contrats prix-faits sauvés dans le vignoble bordelais
La particularité du prix-fait en Gironde est de concerner toutes les tâches viticoles : petites comme grandes façons. - crédit photo : MSA Gironde
l

« Le prix-fait fait parti de la culture girondine. Nous sommes un département où l’on tient à notre prix-fait » reconnaît Laurence Impériale, la présidente de la commission emploi de la FDSEA 33. Si les travaux à la tâche existent dans d’autres vignobles*, le concept de prix-fait est spécifiquement développé dans le Bordelais où la rémunération au pied de vigne est aussi bien demandée par les employeurs que les salariés. Avec la nouvelle convention nationale collective, « on a eu très peur pour le prix-fait. Si l’on n’avait pas négocié une nouvelle grille avec les syndicats salariés, les tailleurs seraient resté à un ancien prix, non-révisable. Le travail a été long, mais on a réussi à le faire » souffle, soulagée, Laurence Impériale.

Depuis ce premier octobre, un avenant girondin est en vigueur indique la préfecture départementale : « les partenaires sociaux du secteur agricole du département de la Gironde ont rédigé un accord relatif en juin 2021 aux dispositions du travail à la tâche pour la viticulture (les signataires sont la FDSEA, les CUMA, CFDT, FO, CGC et CFTC). Le prix fait est possible pour les adhérents des signataires de l'accord girondin si c'est plus favorable que la convention nationale en matière de rémunération. La préfecture a adressé au ministère de l'agriculture l'accord girondin négocié en juin pour extension et est dans l'attente d'un retour. » En l’état, seuls les exploitants adhérents des syndicats patronaux sont donc couverts par cette convention.

Nouveaux paliers

Longues, les négociations départementales pour la création d’une nouvelle grille ont permis de passer de l’ancien système d’échelon à celui de nouveaux paliers. Maintenant des grilles distinctives entre Médoc et hors-Médoc, le document final distingue trois modes de prix-faits : intégral (une personne fait tout sur parcelle, de la taille aux traitements), saisonnier (réalisation du travail du végétal : taille, tombée des bois, etc.) et ponctuel (à la tache). « Le tout sans dépasser 35 heures/semaine » note Laurence Impériale, qui indique qu’il existe différents niveaux de rémunération selon la tâche et son niveau de technicité. La vigneronne rappelle qu’« historiquement, les syndicats de salariés sont contre le prix-fait. Mais des salariés y sont attachés, avec des avantages d’autonomie des salariés. Pour l’employeur, il y a une facilité de contrôles (de la réalisation du travail et plus les heures). »

Bien malin qui pourrait prédire l’avenir des prix-faits pour Corinne Lantheaume, la secrétaire générale Syndicat Général Agroalimentaire de Gironde (SGA33) de la Confédération Française Démocratique du Travail (CFDT). « À une époque, on pensait que le prix-fait était en train de disparaître, mais depuis plusieurs années on en retrouve dans des endroits où il avait disparu. Il se développe pour répondre au problème d’incompétence des employeurs pour savoir si leurs salariés ont travaillé ou pas. Ça ne durera que si les salariés y trouvent leurs comptes » note la représentante syndicale, qui indique la croissance des contraintes sur les horaires (mêmes limites horaires d’embauche et débauche que le reste de l’entreprise), sur la durée hebdomadaire limitée (à 35 heures)… « Le problème, c’est que l’on a perdu la culture du prix fait autant du côté employeur que salarié » conclut Corinne Lantheaume.

 

* : Avec des dispositions pour les tâcherons, mais aussi des systèmes s’approchant du prix-fait, comme à Cognac (qui vient aussi de signer un avenant territorial sur le sujet, mais concernant moins de travaux viticoles).

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé