Accueil / Gens du vin / La première entreprise à mission du vignoble est languedocienne

RSE
La première entreprise à mission du vignoble est languedocienne

BLB Vignobles passe un cap dans sa politique de Responsabilité Sociétale d'Entreprise avec l'intégration d'engagements durables dans ses statuts. Une anticipation des demandes sociétales qui vont devenir la norme prévient l'entreprise.
Par Alexandre Abellan Le 04 novembre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La première entreprise à mission du vignoble est languedocienne
L'entreprise héraultaise emploie 12 salariés. - crédit photo : BLB Vignobles
B

asé au domaine de la Jasse à Combaillaux (Hérault), BLB Vignobles revendique le titre de première entreprise à mission du vignoble. « L’Observatoire des Sociétés à Mission nous a en effet confirmé qu’aucun agriculteur ne s’était doté de cette qualité à ce jour » rapporte Morgane Le Breton, responsable marketing et communication de la société. Si le négociant Ethic Drinks ou la plateforme d’investisseurs Terra Hominis ont également ce statut, BLB Vignobles est la première entreprise à mission allant du pied de vigne à la bouteille. Et pas la dernière, l’AOC Ventoux venant d’écrire sa raison d’être, une première étape avant de devenir société à mission.

Notion juridique issue de la loi Pacte de 2019, le statut d’entreprise à mission permet à BLB Vignobles d’afficher et affirmer ses valeurs dans un manifeste (voir encadré). « C’est statutaire et donc opposable. L’entreprise peut être attaquée si elle n’applique pas ses objectifs et missions. C’est très engageant et va au-delà de l’affichage » précise Bruno Le Breton, gérant de BLB Vignobles (50 hectares de vigne en propre, pour 3 millions € de chiffre d'affaires et 1 millions de cols commercialisés à 50/50 négoce et propriété en temps normal).

Compromis

Pour éviter l’écoblanchiment (ou greenwashing), l’entreprise a créé un comité de mission pour vérifier que ce qui est dit est bien fait auprès des multiples parties prenantes (salariés, clients, fournisseurs, riverains, collectivités, institutionnels…). La filière vin est souvent dans l’entre soi note Bruno Le Breton, qui estime qu’au lieu d’imaginer des attentes, mieux vaut aller les recueillir : « on est sur des compromis. Les meilleurs pratiques que l’on a mis en place sont celles avec des portées économiques et sociales probantes : la réduction du poids des bouteilles, l’installation de panneaux récupérateurs… » note le producteur négociant.

Si BLB Vignobles initie le statut d’entreprise à mission dans le vignoble, son gérant estime qu’il va devenir la norme à l’avenir. « Je pense que l’on va vers une obligation de ce genre de démarches. Si on n’adopte pas une posture plus responsable, on va se prendre de plein fouet les réglementations » prévient Bruno Le Breton, pour qui ces réflexions permettent d’alimenter la réflexion stratégique d’entreprise et de déceler les signaux faibles. Lourde en termes de formalisation et de communication, cette démarche répond aux attentes sociétales qui « sont en train d’être bouleversées à une vitesse folle » indique Bruno Le Breton : « on répond à une forte demande de transparence au vu des impacts. L’intérêt n’est pas la réponse, la bonne pratique, mais comment on la construit avec des parties extérieures. »

B corp

Collectionnant déjà les certifications environnementales (Haute Valeur Environnementale, engagement ISO 26 000, Terra Vitis, Responsabilité Sociétale d’Entreprise par Afnor…mais pas le bio*), BLB Vignobles est désormais candidat à la certification privée B Corp. Ayant déposé son dossier, l’entreprise espère un retour en 2022, afin de gagner en crédibilité internationale et « sortir des référentiels franco-français » note Bruno Le Breton (qui exporte 95 % de ses vins).

 

* : « Le bio est un référentiel pour l’agriculture qui nourrit, pas pour les boissons alcoolisées. On ne peut véhiculer des notions positives pour la santé alors qu’il s’agit de boissons alcoolisées » indique Bruno Le Breton.

 

 

Le manifeste de BLB Vignobles

« Nous nous engageons à mettre tout en œuvre pour que nos vins offrent autant de moments de plaisir et de partage mémorables que d’opportunités à contribuer activement aux enjeux sociaux et environnementaux d’aujourd’hui et de demain. Que nos salariés, nos voisins, nos visiteurs, nos fournisseurs, nos partenaires et ‘wine lovers’ soient les fiers acteurs et relais de nos pratiques, nos engagements et nos réponses aux attentes sociétales. Notre mission est de porter le rapport Qualité/Prix de notre offre vers un rapport QualitéS/Prix et de valoriser le bon, le bien, le beau en co-construction avec nos parties prenantes. Les objectifs sociaux et environnementaux que nous nous donnons pour mission de poursuivre dans le cadre de notre activité sont les suivants :

- Le bon. Qualité gustative : rendre le plaisir de la dégustation responsable accessible à tous.

- Le bien. Qualité sociale : prioriser la qualité de vie et l’humain dans l’ensemble de nos pratiques. Qualité environnementale : avoir un impact positif sur les enjeux climatiques et favoriser le développement de la biodiversité.

- Le beau. Qualité émotionnelle : façonner et partager nos espaces et le vivant, offrir une expérience où l’essentiel se vit et se voit.

Notre mission est de porter le rapport Qualité/Prix de notre offre vers un rapport QualitéS/ Prix et de valoriser le bon, le bien, le beau en co-construction avec nos parties prenantes. »

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé