Accueil / / L'innovation, signe distinctif des vigneronnes

Val de Loire
L'innovation, signe distinctif des vigneronnes

En Anjou, deux enseignants-chercheurs ont étudié le parcours de femmes, dirigeantes de domaines. Un exercice qui révèle notamment leur appétence pour l'innovation « produit ».
Par Anne Mabire Le 12 juillet 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
L'innovation, signe distinctif des vigneronnes
Les femmes, dirigeantes de domaines viticoles privilégient une gouvernance partagée (de g à dte : Tessa Laroche (Domaine aux Moines), Vanessa Cherruau (Château de Plaisance), Evelyne de Pontbriand (Domaine du Closel), Jean-Pierre Noblet (Essca) et Elizabeth Poutier (Essca). - crédit photo : Anne Mabire
E

nseignants chercheurs à l’Ecole de commerce d’Angers (Essca), Elizabeth Poutier et Jean-Pierre Noblet se sont intéressés au parcours de dix femmes, dirigeantes de domaines viticoles situés dans les appellations Layon et Savennières. « Avant  de lancer ce travail, nous avions deux questions en tête : est ce que ces femmes ont des compétences spécifiques ? Et comment peut-on expliquer la résilience des domaines dirigés par des femmes depuis au moins deux générations ? » précise Elizabeth Poutier lors de la présentation de ce travail, le premier juillet au musée de la Vigne et du Vin, à Saint-Lambert-du-Lattay (Maine-et-Loire).

Agées en moyenne de 32 ans, les viticultrices enquêtées ne font pas état de différence « significative » dans leur manière de manager une exploitation. « Femme ou homme, quand on reprend un domaine il y a de toute façon des changements » témoigne Vanessa Cherruau, viticultrice à Rochefort-sur-Loire (château de Plaisance).

Reste que le travail mené par Elizabeth Poutier et Jean-Pierre Noblet met en évidence certaines similitudes entre ces vigneronnes. « Contrairement à la génération précédente, toutes ont fait des études et ont vécu d’autres expériences, dans d’autres domaines ; parfois même à l’étranger. Devenues dirigeantes, elles vont s’attacher à transformer ces compétences ».

De manière plus concrète, les deux chercheurs constatent un « choix net pour une stratégie d’innovation produit ». Elle va notamment se traduire par la création de nouvelles cuvées ou/et comme chez Vanessa Cherruau, par un changement d’étiquettes « qui racontent désormais une histoire ».

Plus offensives à l’international

Enfin, ces dirigeantes ont une stratégie de distribution plus offensive à l’international. Attachées à une gouvernance partagée, elles « ne remettent pas en cause ce qui a été fait mais l’amplifie. C’est également une génération qui n’hésite pas à réviser les prix » relève Elizabeth Poutier

.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
MG Le 12 juillet 2021 à 07:41:19
Encore un article que ne renierais pas France Inter : c'est tous juste si on ne nous dit pas "on savais les conclusions de l' étude avant de la commencer". Franchement sexiste et minable à l' image des caricatures dans le magazine spécialisé en vin commençant par B.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé