Accueil / Viticulture / En Champagne, la vitiforesterie ferait économiser 16 000 allers-retour Paris-NY en avion

CO2
En Champagne, la vitiforesterie ferait économiser 16 000 allers-retour Paris-NY en avion

Lorsque les vignerons travaillent leurs sols, ils passent en moyenne 28 fois par an dans les vignes. 20 ans après l’implantation de couverts végétaux, de haies et d’arbres, leur vignoble serait presque autonome.
Par Marion Bazireau Le 18 mai 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
En Champagne, la vitiforesterie ferait économiser 16 000 allers-retour Paris-NY en avion
Sur 85 ares, Florent Grados a planté des dizaines d’érables champêtres, une espèce historiquement liée à la vigne. - crédit photo : Florent Grados
L

a stratégie nationale adoptée par le gouvernement en 2015 vise à diviser par cinq les émissions et à augmenter par deux les puits de carbone, des forêts et terres agricoles qui en séquestrent sous forme de matière organique stable, d’ici 2050.

« On arriverait alors à un équilibre entre les deux et à une neutralité carbone » a rappelé Damien Garros, fondateur de CarbonAct, lors d’un webinaire organisé par Arbre&Paysage en Champagne ce 17 mai.

En viticulture, la réduction des émissions de gaz à effet de serre passe par une diminution des intrants, une économie d’énergie en cave, une réduction du nombre de passages des engins agricoles, et un meilleur choix d’emballage.

Augmenter la séquestration du CO2

« L’augmentation de la séquestration du carbone est quant à elle facilité par la mise en place d’arbres, de haies, et de couverts végétaux au vignoble, en ayant en plus des bénéfices sur la biodiversité et l’adaptation au changement climatique » a-t-il poursuivi.

La vitiforesterie permet en effet d’augmenter la réserve en eau du sol, et fait office de tampon thermique, quand les couverts abaissent la température du sol lors des coups de chaud. « Cela nous conforte un peu plus dans nos choix » a enchaîné Florent Grados, viticulteur sur 5 hectares sur le terroir des Riceys.

Son domaine est en fin de conversion bio et il y teste déjà la biodynamie. « Nous sommes en train de gravir une marche supplémentaire. Sur 85 ares, nous avons planté 3 rangées d’arbres, avec une majorité d’érables champêtres, une espèce historiquement liée à la vigne et qui ne devrait donc pas lui faire de concurrence ». Il en a aussi éparpillé de manière aléatoire, en veillant tout de même à ne pas gêner le passage du pulvérisateur.

En bas de sa parcelle, il a implanté 10 tilleuls et 33 saules des vanniers, ces derniers ayant pour l’heure plus de mal à pousser, dans une zone dominée par les ronces. Le viticulteur va passer le moins souvent possible avec son tracteur pour laisser la vie du sol se développer, notamment les champignons mycorhiziens qui apporteront les éléments nutritifs et l’eau nécessaire à la vigne.

Les arbres éparpillés seront conduits en mini trogne, taillées lors du rognage sur le reste du vignoble. « Nous les laisserons davantage buissonner sur les 3 rangées, et pensons aussi en laisser monter » reprend Florent Grados, qui a recruté une stagiaire en agroforesterie pour l’aider à gérer ces nouveautés.

Les experts estiment que les vignerons passent en moyenne 28 fois avec des enjambeurs dans leurs parcelles, tandis que la vitiforesterie permettrait à une échéance de 20 ans de descendre à 5 ou 6 passages.

975 kg/ha/an à moins de 50

Pendant la phase de transition, il va falloir semer et détruire des couverts végétaux, avant de mettre en place un couvert permanent. A termes, l’enherbement naturel n’a même plus besoin d’être tondu.

Entre le travail du sol et l’autonomie du vignoble, les émissions de CO2 passeraient ainsi de 975 kg/ha/an à moins de 50, également grâce à l’augmentation du stockage dans les sols. Ramené à la surface de la Champagne, cela revient à économiser 16 000 allers et retours en Paris et New-York. 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (2)
johan Kouzmina Le 26 mai 2021 à 10:39:41
je m'interroge quant à ce chiffre de 28 passages annuels... Dans mon quotidien de conseiller viticole sur le vignoble champenois j'estime à 10 passages intervention phyto (plutôt 6 en moyenne ces 4 dernières années, et 7 ou8 en bio) 1 passage pour la broyage hivernal 6 passages entretien du sol 3 rognages (plutôt 2 depuis 4 ans) 3 tontes(là aussi plutôt 2 voir 1 voir 0 selon secteur depuis 4 ans). Je suis preneur de l'info quand au nombre de passages supplémentaires cités dans cet article et de quelle façon cela a été calculé. La réalité terrain pour le vignoble bio au moins pour la partie marne (mais qui correspond avec les chiffres que nous avons par ma collègue de l'aube) semble être plutôt de 20 passages tout confondu. Le fait d'ajouter des arbres pourra potentiellement faire baisser la pression des maladies (mais jusqu'à présent cet effet n'a pas été mesuré). Nous allons en effet éliminer les passages d'entretien du sol, et la tonte sera remplacée par un rolofaca. Pour le reste, à cette heure il n'est pas avéré que cela va en modifier le nombre. Si la biodiversité à grand besoin de reprendre place au vignoble, il serait bon de noter qu'a cette heure nous n'avons aucun recul sur son impact dans le système de production, à commencer par la base, c'est à dire la quantité de raisins...Peut être que ce sera parfait.... ou pas...
Signaler ce contenu comme inapproprié
Lingot Albert Le 19 mai 2021 à 17:46:09
C'est bien de créer des puits à carbone. C'est tout de même un coup de peinture sur de la mauvaise tapisserie. Faut travailler en amont en recyclant le Co2 de la première fermentation. Entre autre. 1 litre de moût libère plus de 10 litres de Co2 et ça n'inquiète nule part et personne. Bcdlt
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé