Accueil / Viticulture / Le nouveau microorganisme anti mildiou de la vigne commercialisé par Philagro

Biocontrôle
Le nouveau microorganisme anti mildiou de la vigne commercialisé par Philagro

Amoéba accorde l'exclusivité de la commercialisation française de son nouveau produit de biocontrôle à base de lysats de Willaertia magna C2c Maky, un microorganisme inoffensif sur l'homme et l'environnement mais efficace contre le mildiou de la vigne.
Par Marion Bazireau Le 11 décembre 2020
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le nouveau microorganisme anti mildiou de la vigne commercialisé par Philagro
Le biocide, naturellement présent dans l’eau, est multiplié et lysé à côté de Lyon. - crédit photo : Amoéba
B

ASF, Bayer, Certis, De Sangosse, Philagro, Syngenta… En 2020, toutes les plus grosses firmes phytosanitaires ont pu tester l’efficacité contre le mildiou de la vigne de l’amibe Willaertia magna C2c Maky, naturellement présent dans l’eau, et lysé par l’entreprise lyonnaise Amoéba.

« Ce microorganisme lysé active les protéines PR de la vigne qui dégradent les parois des champignons, explique Fabrice Plasson, directeur général de l'entreprise. Il inhibe aussi la germination des zoospores, empêchant le milidou de pénétrer dans les stomates de la plante. »  

Après plusieurs mois de négociations, Amoéba annonce ce 9 décembre avoir signé une lettre d’intention avec Philagro, pour « définir les contours de leur collaboration avant et après la commercialisation du produit sur le territoire français, en vue de la signature d’un contrat de partenariat commercial sous 12 mois ».

Objectif 2023

Fin mai, l’entreprise a initié une demande d’homologation de son produit de biocontrôle au niveau européen. Elle a fait le choix de passer par l’Autriche, « un pays qui dispose d’une des agences les plus actives en Europe sur les produits phytopharmaceutique ». Mais même accélérée, la procédure demandera au moins encore 2 ans.

La Commission Européenne n’approuvera pas l’amibe pas avant 2023. Philagro devra ensuite prendre en charge les autorisations de mise sur le marché.

Cette année, les lysats ont été comparés à la bouillie bordelaise et à un autre produit de biocontrôle dans des dizaines de vignobles européens, dont 14 français. « Les produits ont été codifiés et testés à l'aveugle dans des stations d'expérimentation BPE » explique Fabrice Plasson.

35 à 85% d'efficacité sur grappes

Sur grappes, l'efficacité du microorganisme a été comprise entre 35 et 85 %. « Les lysats ont donné de très bons résultats sur le faciès "rot brun". En cas de forte attaque à la floraison, l’efficacité sur le mildiou de faciès "rot gris" a été plus limitée mais elle est restée bien supérieure à celle du produit de référence de biocontrôle. » Sur feuilles, le nouveau biocide s’est également révélé meilleur que le produit homologué.

La dose optimale se situerait entre 500 et 1 000 grammes de substance active par hectare, avec des traitements positionnés en début de cycle et renouvelés après la floraison sous forme de suspensions concentrées liquides. « Le cuivre apparait essentiel pendant la floraison, mais l'amibe fait un très bon travail en encadrement » affirme le directeur.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Vcuvelier Le 11 décembre 2020 à 23:49:25
Très bon travail de recherche. Je souhaite que vos travaux permettent une grande évolution dans l'éradication decemildiou. Félicitations pour vos recherches prometteuses
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé