LE FIL

IGP du Languedoc

« Pas d’effet BIB pour ce second confinement »

Mardi 24 novembre 2020 par Michèle Trévoux

Le bib ne semble pas transformer l'essai réussi lors du premier confinement, à savoir une forte croissance de ses ventes en linéaire.
Le bib ne semble pas transformer l'essai réussi lors du premier confinement, à savoir une forte croissance de ses ventes en linéaire. - crédit photo : Vignerons de Buzet
Le premier confinement avait boosté les ventes de Bag in Box (BIB) en IGP Oc et Sud de France. Il semblerait que le second confinement ne produise pas le même effet.

Les chiffres ne sont pas encore connus, mais sur le terrain, les opérateurs le pressentent déjà : ce second confinement n’aura pas le même effet sur les ventes de de Bag in Box (BIB) que celui du printemps. « Lors du premier confinement, nous avons enregistré une hausse de 15 % de nos ventes en BIB, alors que nos ventes en bouteilles ont reculé du fait de report de marchés dans le CHR. Nous nous attendions à un nouveau bond cet automne, mais ce n’est pas le cas. Nous avons fait quelques belles journées de vente au caveau juste avant la mise en œuvre des nouvelles mesures, mais depuis, c’est très calme », témoigne Stéphane Landais, directeur de la cave de Gallician dans le Gard, qui commercialise 360 000 BIB par an.

Pas d’effet sur-stockage

Dans l’Hérault, la cave de Cabrières fait le même constat : « Durant le confinement du printemps, nos ventes de BIB ont explosé : +70% par rapport à la même période de l’année précédente. Mais depuis début novembre, ce n’est pas du tout la même dynamique : c’est à peine si on progresse », indique Luc Flache, le directeur. Joël Julien, directeur des Costières de Pomérols confirme cette tendance : « Il n’y a pas eu cet effet de sur-stockage observé au printemps où les gens avaient eu peur de manquer. Et puis les règles de ce second confinement ne sont pas les mêmes : les écoles restent ouvertes, beaucoup de gens continuent à aller travailler et font leurs courses normalement ». Chez les vignerons indépendants, on observe la même tendance : « Au printemps, nos commandes de BIB ont doublé durant le premier confinement. Mais depuis début novembre, les ventes de BIB en GD restent en phase avec celles de l’année dernière, mais sont très inférieures à celles du printemps. Et c’est le calme plat chez les cavistes et grossistes, que ce soit pour les BIB ou pour les bouteilles », confie Claude Robert du domaine de la Provenquière à Capestang.

Dans les starting-blocks pour redémarrer

La Famille Fabre, producteur de vins bio dans les Corbières, s’inquiète de cette morosité du marché : « Octobre est toujours un mois plus calme et le confinement n’arrange pas la situation. Contrairement aux trois mois de printemps (mars-avril-mai), où nos ventes en BIB avaient progressé de 27% en volume, nous sommes en fort recul sur les trois dernières semaines : les BIB plongent de 63% par rapport à la même période de l’année précédente. Il faut toutefois relativiser ces pourcentages qui concernent des volumes réduits car ils portent sur une période limitée. La situation peut se redresser très vite. Nous sommes dans les starting-blocks pour redémarrer très vite lorsque l’activité va reprendre », assure Paule Teisserenc, à la tête du domaine avec ses deux cousines.  L’entreprise a clôturé fin octobre son exercice 2019-2020 avec un chiffre d’affaires à la hausse, alors qu’elle vend pour 35 à 40 % en CHR. « Nous avons très bien marché à l’export en Europe et les ventes ont été très dynamiques cet été en France et dans la région, où les touristes sont venus nombreux. Ces bons résultats ont permis de compenser la baisse de notre activité CHR du fait du confinement », explique-t-elle.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé