LE FIL

Vrac et crus classés

Cédric Roureau préside les courtiers de tous les vins de Bordeaux

Jeudi 15 octobre 2020 par Alexandre Abellan

Le courtier de crus classés Cédric Roureau succède au courtier de campagne Xavier Coumau, en poste depuis dix ans.
Le courtier de crus classés Cédric Roureau succède au courtier de campagne Xavier Coumau, en poste depuis dix ans.
Succédant à Xavier Coumau, le courtier spécialisé dans les grands crus bordelais souhaite mettre en place une dynamique de rajeunissement du syndicat qu’il préside. Le retour tant attendu des examens devant y aider.

Ce 12 octobre, la chambre syndicale du Syndicat des Courtiers de Vins et Spiritueux de Bordeaux, de la Gironde et du Sud-Ouest a élu son nouveau président : Cédric Roureau (voir encadré pour son bureau). « Je suis un président de transition » pose le courtier, ses 58 ans lui donnant comme priorité d’impliquer des jeunes dans le syndicat pour prendre le relai. « Nous sommes dans des métiers qui ne sont pas assez structurés en termes de collaborateurs. La peur de s’engager pour le collectif au détriment de son affaire existe » note le nouveau président.

Associé au bureau Blanchy et Lestapis, spécialisé dans les grands crus classés de Bordeaux, Cédric Roureau a rejoint le bureau de Max de Lestapis en 1993 pour y passer des contrats d’achat vrac. Reconnaissant en porter désormais moins, Cédric Roureau continue de mener des contrats en vrac, ce qui lui donne une vision des deux marchés du négoce des vins de Bordeaux. Avec un courtier de crus classés, la présidence « change de sphère. Mais avant de connaître les crus classés, Cédric Roureau a beaucoup tourné dans les caves coopératives et en Entre-deux-Mers. C’est un profil et une expérience qui ont très intéressants pour la filière » souligne Xavier Coumau, courtier de campagne qui achève dix années à la tête des courtiers bordelais.

"Relancer l’examen"

S’inscrivant dans la continuité des mandats de Xavier Coumau, Cédric Roureau n’a actuellement qu’une préoccupation : « relancer l’examen » permettant d’obtenir le titre de courtier. Aucun nouveau courtier n’a pu être intronisé depuis la loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 et son article 164, imposant aux courtiers de « justifier de connaissances et d'une expérience professionnelle, dans des conditions définies par décret », ce dernier n’ayant toujours pas été publié.

Depuis cinq ans, « de nombreux candidats ne peuvent embrasser officiellement la formation. C’est un problème, nos effectifs s’étiolent d’années en années. On attend les textes avec une impatience non dissimulée » soupire Cédric Roureau.

Premier syndicat de France

Avec 73 membres, Bordeaux est le premier syndicat de courtiers en France, avec un tiers des syndiqués, soulignait le courtier bourguignon Jérôme Prince, le président de la fédération nationale des courtiers, ce 17 septembre lors de l’assemblée générale du syndicat girondin. Sur la campagne 2019-2020, 70 % des volumes contractualisés en vrac sont passés par des courtiers soulignait alors Guillaume Briot, du service économique du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB). Une proportion stable, avec des variations selon les AOC (de 89 % en Saint-Emilion à 53 % dans les Côtes de Bordeaux).

Si les courtiers bordelais représentent toujours 70 % de l’activité en vrac, les volumes actuellement réduits pèsent sur leur modèle économique. « Nous vivons un tournant pour la viticulture, le négoce et les modes de commercialisation. Le courtage doit s’adapter. Beaucoup de propriétaires sont sans solutions et souvent proches retraites, sans avoir la possibilité de changer de modèle » soulignait Xavier Coumau mi-septembre, prônant une aide à l’arrachage pour assainir l’offre et relancer la demande. « Les affaires sont dures pour tout le monde. Les vins de Bordeaux ont beaucoup de bâtons dans les roues (replis sur le marché national, en Chine, aux Etats-Unis) » souligne Cédric Roureau, qui va maintenir la cotation des courtiers bordelais : « il est important de donner ces indications, les gens ont besoin de savoir où est le marché ».

 

Le bureau du Syndicat des Courtiers de Vins et Spiritueux de Bordeaux

Trois vice-présidents : Eric Echaudemaison (spécialisé dans les Bordeaux), Ludovic Lalande (Médoc) et Maxime Claeys (Saint-Emilion).

Trésorier : Xavier Coumau.

Secrétaire général : Charles Ripert.

 Secrétaire adjoint : Jérôme Pauly-Callot.

Archiviste : Katia Farau.




 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé