Accueil / Commerce/Gestion / Le profil-produit des vins rouges de Bordeaux passé au crible

Les goûts et les couleurs
Le profil-produit des vins rouges de Bordeaux passé au crible

Défi d'avenir pour les vignerons et négociants bordelais, le retour au goût du jour de leurs vins rouges est au coeur d'un programme de recherche lancé par le CIVB.
Par Alexandre Abellan Le 22 septembre 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le profil-produit des vins rouges de Bordeaux passé au crible
En termes de profil-produit, « qu’est-ce qui plaît aux consommateurs ? » pose l’étude lancée par le CIVB. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
A

tort ou à raison, les ventes des vins rouges de Bordeaux se heurtent aux critiques répétés sur leurs goûts datés, en termes de boisé et de tannins, décalés par rapport aux demandes modernes de profils fruités, frais, voire sucrés. Pour sortir des postures et proposer des solutions, le service technique du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB) lance une étude d’ampleur pour cartographier l’offre actuelle des appellations girondines et la demande réelle des consommateurs.

Ciblant les bouteilles de Bordeaux vendues entre 3 et 8 euros, le CIVB va faire déguster 250 vins rouges à des experts pour en retirer 20 à 30 profils types. Des représentants de ces produits identifiés seront ensuite testés auprès de panels représentatifs de consommateurs et de professionnels de la filière pour retenir les profils les plus porteurs commercialement parlant. Une fois ces produits identifiés, des itinéraires techniques adaptés pourront être diffusés aux adhérents du CIVB.

Revenir à la mode

L’enjeu est d’autant plus urgent que la déprise commerciale des vins bordelais est forte et nécessite de moderniser l’offre. Faisant le point sur les facteurs expliquant le recul des ventes en France (le premier marché avec 55 % des volumes girondins), Ann-Cécile Delavallade, la directrice du service économie du CIVB, explique, lors d’un récent webinar, que l’évolution des habitudes alimentaires réduit la consommation de rouges, avec des repas déstructurés, des instants de consommation hors repas et des occasions plus informelles, qui sont plus favorables aux vins frais et bières. « Ça pose la question de l’adaptation de l’offre des vins de Bordeaux, de leur buvabilité » résume la statisticienne. L’équation étant posée, sa résolution est à trouver.


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé