LE FIL

Champagnes Collet

La Cogevi à la croisée des chemins

Jeudi 17 septembre 2020 par Alexandre Abellan

Représentant 810 hectares d’approvisionnement sur 160 villages champenois et employant 70 salariés, la Cogevi exploite deux sites de production, à Aÿ et à Oger, pour une cuverie pouvant stocker 125 000 hectolitres de vin et une capacité de stockage de 345 millions de bouteilles.
Représentant 810 hectares d’approvisionnement sur 160 villages champenois et employant 70 salariés, la Cogevi exploite deux sites de production, à Aÿ et à Oger, pour une cuverie pouvant stocker 125 000 hectolitres de vin et une capacité de stockage de 345 millions de bouteilles. - crédit photo : Cogevi
Mise en difficulté par des commercialisations en berne et des dépenses en hausse, la Coopérative Générale des Vignerons de la Champagne tient un conseil d’administration qui doit poser les bases d’un renouveau pour la prochaine assemblée générale de la fin du mois.

Pour ses 100 années d’existence, l’humeur n’est pas au beau fixe au sein de la Coopérative Générale des Vignerons de la Champagne (Cogevi, à Aÿ). Fondée le 16 septembre 1921, la plus ancienne coopérative champenoise a aujourd’hui en tête la date du 30 septembre 2020, jour où l’assemblée générale de ses 800 adhérents doit se réunir pour entériner ce que de nombreux opérateurs espèrent être de nouvelles orientations stratégiques.

Discuté ce 17 septembre après-midi en conseil d’administration, ce changement de direction anime les rumeurs du vignoble champenois. « Je ne peux rien dire, vous verrez le 30 septembre » élude un administrateur de la Cogevi. « Nous sommes tenus au secret » renchérit un autre viticulteur siégeant à l’organe de direction, qui concède qu’« il va y avoir du changement, concernant le directeur [Olivier Charriaud]. Quand il y a un problème, notre devoir c’est d’y remédier... En espérant que le coronavirus arrête de tout perturber. »

Gestion

« Je ne peux rien vous dire, rien n'a été décidé » renchérit Jacques Marquette, le président de la Cogevi, qui regrette les rumeurs de « radio galipes » à la fin des vendanges 2020. Se déliant en effet dans le vignoble, les langues font état d’une gestion à revoir de fond en comble, entre des investissements conséquents et des commercialisations en déclin. Commercialisant annuellement 6 millions de cols sous les marques Collet, Jacquart et Montaudon, la Cogevi serait notamment exposée au repli actuel des ventes de champagnes sur le marché français. « Je ne dis pas que tout va bien, mais il n'y a pas de marché spécifique où cela ne marche pas » réfute Jacques Marquette, qui ne souhaite pas plus s'exprimer avant sa prochaine assemblée générale (marquant la fin de son mandat actuel).

Si des nouvelles orientations sont arrêtées ce 30 septembre, leur volonté est déjà affirmée par certains de rappeler l’objectif affiché par la Cogevi : « protéger et sauvegarder le patrimoine de ses vignerons adhérents et leur garantir le meilleur niveau de rémunération possible ». De quoi espérer repartir sur de nouvelles bases pour célébrer avec ferveur le centennaire de la Cogevi en 2021.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé